Tract manif du 20 juin – Gouvernement De Croo : l’été de tous les dangers pour nos droits sociaux _ De regering De Croo: de zomer van alle gevaren voor onze sociale rechten

Le gouvernement fédéral doit se mettre d’accord sur un ensemble de « réformes » antisociales (pensions, marché du travail, allocations de chômage, etc.). Cet accord doit intervenir cet été. Il doit répondre aux exigences de l’Union européenne.

Qu’y a-t-il sur la table des différents gouvernements ?
Par exemple, pour obtenir des fonds européens, la Région wallonne doit présenter un plan pour redéfinir l’ « accompagnement » des chômeurs.

De son côté, pour obtenir l’aide européenne, le gouvernement De Croo s’est engagé à trouver un accord sur sa réforme des pensions, d’ici le 21 juillet.

En bref, le gouvernement De Croo s’est engagé à réduire les pensions et à allonger les carrières, en particulier celles du secteur public, mais également dans le secteur privé.

L’OCDE argumente en faveur d’un vaste plan d’attaque contre les droits sociaux : « Des simulations récentes indiquent qu’un ensemble de réformes axées sur la réduction du coût du travail et le relèvement de l’âge effectif de la retraite pourrait, à terme, accroître l’activité économique de 16 %. »

La Commission européenne réclame une « réforme fiscale ». Dans quel but ? Réduire le coût du travail, c’est-à-dire réduire les recettes de la Sécurité sociale et augmenter les profits. Il est clair que la Commission européenne recommande des impôts qui posent des problèmes aux partis du gouvernement (loyers, épargne-pension, allocations familiales,…).

Mais il ne faut pas s’y tromper, l’essentiel est dans la volonté commune de réduire les « charges fiscales sur le travail » qui pèsent sur les profits des patrons. La Commission européenne écrit (23/5) : « Les taxes élevées sur le travail découragent davantage de personnes de travailler ou de chercher un emploi. Si la réforme fiscale de 2016 a réduit la charge fiscale sur le travail pour les revenus les plus faibles, la charge fiscale (cotisations de sécurité sociale et imposition des revenus du travail) reste la plus élevée de l’UE pour les personnes gagnant le salaire moyen. »

La réforme fiscale doit rapporter des milliards d’euros aux patrons. Prétendre qu’il s’agit d’encourager les chercheurs d’emplois : quel mensonge !

Moins de cotisations sociales, c’est moins de financement pour les pensions et les soins de santé. Moins d’impôts, c’est moins de financement pour les services publics, moins d’argent pour l’enseignement.

La Commission européenne soutient les propositions de 2020 du Conseil supérieur des Finances pour financer l’abaissement des recettes de la Sécurité sociale et de l’Etat. Or, cette instance avait préconisé entre autres l’augmentation de la TVA à 22%.

Nous le savons : ce que le gouvernement fait mine de donner d’une main, il veut le reprendre de l’autre.

La future « grande » discussion au sein du gouvernement de la Vivaldi pour répondre au chantage de l’Union européenne a lieu au même moment où le gouvernement belge s’est engagé à augmenter scandaleusement les dépenses militaires, en obéissant à l’OTAN.

En conclusion : tout démontre que le gouvernement De Croo constitue un danger mortel pour les travailleurs et les allocataires sociaux.

La poursuite de la participation des partis socialistes à ce gouvernement ne peut en aucun cas se justifier.

Il est indispensable que ces partis rompent avec les partis représentant les patrons et les marchands de canon. Pour un gouvernement d’unité des travailleurs PS-Vooruit-PTB !

Information – Invitation – Conférence
Quelle solidarité internationale des travailleurs pour arrêter la guerre en Ukraine ?
animée par l’OSI – Quatrième Internationale
Samedi 2 juillet 2022 – 14h
Auberge de Jeunesse Simenon – Place de l’Yser – Liège

Contactez le Comité Unité–Eenheidscomité pour recevoir les informations sur ses activités et ses publications !
Le Comité Unité-Eenheidscomité combat depuis 2006 pour l’unité des travailleurs du pays, pour l’unité de leurs syndicats, pour la défense des conquêtes sociales fédérales. Il publie un Bulletin dans lequel il exprime un point de vue se voulant conforme aux intérêts des travailleurs.

Adresse mail : comiteunite.eenheidscomite@gmail.com

Retrouvez-nous aussi sur la page facebook : https://www.facebook.com/eenheidscomiteunite/

De regering De Croo: de zomer van alle gevaren voor onze sociale rechten

De federale regering moet het eens worden over een pakket anti-sociale « hervormingen » (pensioenen, arbeidsmarkt, werkloosheidsuitkeringen, enz.). Dit akkoord moet deze zomer worden bereikt. Het moet voldoen aan de eisen van de Europese Unie.

Wat ligt er op tafel voor de verschillende regeringen?

Om Europese fondsen te krijgen moet het Waals Gewest bijvoorbeeld een plan indienen om de « begeleiding » van werklozen te herdefiniëren.

Aan haar kant heeft de regering-De Croo, om Europese steun te krijgen, zich ertoe verbonden vóór 21 juli een akkoord te bereiken over haar pensioenhervorming.

Kortom, de regering-De Croo streeft naar verlaging van de pensioenen en verlenging van de loopbanen, vooral in de overheidssector, maar ook in de private sector.

De OESO pleit voor een brede aanpak van de sociale rechten: « Uit recente simulaties blijkt dat een pakket hervormingen dat gericht is op verlaging van de arbeidskosten en verhoging van de effectieve pensioenleeftijd de economische activiteit uiteindelijk met 16% zou kunnen doen toenemen. « 

De Europese Commissie roept op tot « belastinghervorming ». Met welk doel? Om de arbeidskosten te verlagen, d.w.z. om de inkomsten uit sociale zekerheid te verminderen en de winsten te verhogen. Het is duidelijk dat de Europese Commissie belastingen voorstelt die de regeringspartijen voor problemen stellen (huur, pensioensparen, kinderbijslag, enz.).

Maar vergis u niet, het belangrijkste is de gemeenschappelijke wil om de « belastingdruk op arbeid » die op de winsten van de bazen drukt, te verlichten. De Europese Commissie schrijft (23/5): « Hoge belastingen op arbeid ontmoedigen meer mensen om te werken of een baan te zoeken. Hoewel de belastinghervorming van 2016 de belastingdruk op arbeid voor de laagstverdienenden heeft verlaagd, blijft de belastingdruk (socialezekerheidsbijdragen en inkomstenbelasting op arbeid) de hoogste in de EU voor mensen die het gemiddelde loon verdienen. »

De belastinghervorming moet miljarden euro’s opleveren voor de werkgevers. Beweren dat het gaat om het aanmoedigen van werkzoekenden: wat een leugen!

Minder sociale bijdragen betekent minder geld voor pensioenen en gezondheidszorg. Minder belasting betekent minder geld voor openbare diensten, minder geld voor onderwijs.

De Europese Commissie steunt de 2020-voorstellen van de Hoge Raad van Financiën om de vermindering van de sociale zekerheid en de staatsinkomsten te financieren. Dit orgaan had onder meer gepleit voor een verhoging van de BTW tot 22%.

Wij weten: wat de regering met de ene hand beweert te geven, wil zij met de andere hand weer afpakken.

De toekomstige « grote » discussie binnen de regering Vivaldi om te reageren op de chantage van de Europese Unie vindt plaats op hetzelfde moment dat de Belgische regering zich heeft verbonden tot een schandalige verhoging van de militaire uitgaven, in gehoorzaamheid aan de NAVO.

Conclusie: alles wijst erop dat de regering-De Croo een levensgroot gevaar is voor de werknemers en de sociale uitkeringsgerechtigden.

De voortdurende deelname van de socialistische partijen aan deze regering kan op geen enkele manier worden gerechtvaardigd.

Het is van essentieel belang dat deze partijen breken met de partijen die de bazen en de wapenhandelaars vertegenwoordigen. Voor een regering van arbeiderseenheid PS-Vooruit-PTB!

Informatie – Uitnodiging – Conferentie
Welke internationale arbeiderssolidariteit om de oorlog in Oekraïne te stoppen?
Georganiseerd door OSI – Vierde Internationale
Zaterdag 2 juli 2022 – 14.00 uur
Auberge de Jeunesse Simenon – Pl. de l’Yser – Luik

Neem contact op met het Comité Unité-Eenheidscomité om informatie te ontvangen over zijn activiteiten en publicaties!
Sinds 2006 strijdt het Comité Unité-Eenheidscomité voor de eenheid van de arbeiders van het land, voor de eenheid van hun vakbonden en voor de verdediging van de federale sociale verworvenheden. Zij publiceert een bulletin waarin zij een standpunt naar voren brengt dat strookt met de belangen van de werknemers. E-mail adres: comiteunite.eenheidscomite@gmail.com

Vind ons ook op de facebook pagina: https://www.facebook.com/eenheidscomiteunite/ 

Pour l’Internationale ouvrière. Contre la guerre, l’exploitation et le travail précaire. Nous, 601 militants de 57 pays, appelons à la tenue d’une conférence mondiale ouverte (Paris, octobre 2022)

En novembre 2016, des délégués rassemblés à Mumbai lors d’une conférence mondiale ouverte ont constitué le « Comité ouvrier international contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière ». Depuis cinq ans, des développements sans précédent ont secoué le monde.

Pour nous, il confirme que l’Internationale ouvrière est plus que jamais une nécessitée. Nous, 601 militants de 57 pays, appelons à préparer dans tous les pays la conférence mondiale ouverte (Paris, octobre 2022).

Les peuples ont payé un lourd tribut à la pandémie de Covid-19

Les peuples de tous les continents et de tous les pays ont subi les conséquences effroyables du Covid-19. Cinq millions de victimes, selon les chiffres officiels des États – beaucoup plus, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et 15 millions selon The Economist (6 septembre) – l’ont payé de leur vie. Cela n’avait rien d’inéluctable. Le manque d’hôpitaux, de médecins, d’infirmières, de médicaments, d’oxygène, d’unités de soins intensifs, de ventilateurs… tout cela est dû à la politique de privatisation, de démantèlement des systèmes de santé. La négligence criminelle de la classe capitaliste et des gouvernements à son service, a conduit à une catastrophe humaine.

Lorsque le vaccin a finalement été trouvé, les gouvernements des pays impérialistes en ont réservé la majeure partie aux pays qui pouvaient payer, privant de vaccins l’essentiel de la population des pays d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie soumis à la politique de l’impérialisme.

Les migrations forcées et les exodes de population se sont amplifiés. Migrations internes, dans des pays comme l’Inde, où des travailleurs venus des campagnes, des personnes âgées, des femmes et des enfants ont été contraints de se déplacer par centaines de milliers, marchant pieds nus d’un bout à l’autre du pays, lorsqu’en avril 2020 le confinement national a paralysé tous les moyens de transport. Migrations externes, quand des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants fuyant la misère et la guerre périssent noyés en mer Méditerranée, aux mains des marchands d’esclaves en Libye, à la frontière entre le Mexique et les États-Unis, dans les camps de réfugiés des Rohingyas…

Les femmes ont été les principales victimes de cette catastrophe. Elles ont perdu leurs emplois et leurs moyens de subsistance de manière disproportionnée.

En préparant la conférence mondiale ouverte, nous vous proposons de rassembler les faits afin de dresser l’acte d’accusation contre les multinationales et les gouvernements à leur service.

Les gouvernements profitent de la pandémie pour lancer une vaste offensive qui menace les conditions d’existence de centaines de millions de travailleurs

Le système capitaliste n’a toujours connu qu’une loi : celle du profit. Qu’importe, pour ceux qui possèdent les moyens de production, le sort de l’immense majorité.

Mais force est de constater que jamais – sauf en période de guerre mondiale – les capitalistes n’ont pu engager, sous couvert du Covid, une telle offensive destructrice contre la classe travailleuse : 100 millions d’emplois supprimés dans le monde, extension du travail précaire auquel sont condamnés des pans entiers de la classe ouvrière et de la jeunesse y compris dans les grands pays industrialisés, généralisation du travail à domicile individualisant les travailleurs. Dans de nombreux pays, la législation du travail a été modifiée au détriment des travailleurs. Les libertés démocratiques ont été piétinées. En particulier, le droit de s’organiser syndicalement, le droit de grève et de manifester ont été attaqués partout. Les gouvernements, sous prétexte de pandémie, ont multiplié des mesures antidémocratiques qu’ils menacent de perpétuer indéfiniment.

Retrouvons-nous dans la conférence mondiale ouverte pour définir les moyens d’action communs à l’échelle internationale pour défendre et reconquérir tous nos droits !

L’impérialisme multiplie les conflits militaires, il prépare la guerre contre la Chine

L’administration Trump aux États-Unis proclamait « America First », Biden le met en pratique. Après avoir dévasté l’Afghanistan, et après la débandade de son évacuation, l’impérialisme américain réordonne ces forces pour préparer de nouvelles guerres. Les conflits meurtriers se multiplient en Afrique. L’Iran est menacé. L’encerclement militaire de la Chine, la constitution de la nouvelle alliance militaire États-Unis – Australie – Grande-Bretagne (Aukus) menace la paix. Biden veut que le marché chinois soit totalement ouvert aux multinationales. Le peuple travailleur chinois est en droit de pouvoir s’organiser librement pour défendre ses revendications et défendre la Chine.

Toutes les interventions militaires de l’impérialisme, menées au nom de la « démocratie », se sont traduites par un chaos sanglant, la dislocation de nations entières. Les peuples du monde veulent la paix.

La lutte internationale pour la paix et le combat pour empêcher la guerre seront à l’ordre du jour de notre conférence mondiale.

La classe ouvrière combat

Les travailleurs, les peuples veulent vivre. Ils luttent. On ne compte plus les grèves générales de masse qui ont vu des dizaines de millions de travailleurs se dresser pour leurs droits Des manifestations « Dehors Bolsonaro au Brésil à la mobilisation de la paysannerie en Inde en passant par la vague de grèves aux États-Unis, de la mobilisation du peuple algérien et du peuple chilien aux grèves ouvrières en Chine et aux luttes de classe incessantes en Europe : dans le monde entier les travailleurs combattent.

L’indépendance du mouvement ouvrier est la question centrale de la période historique. Au cours des deux dernières années, le mouvement ouvrier a été confronté à une pression colossale des gouvernements et des capitalistes afin que les organisations ouvrières pactisent avec les gouvernements, au nom de la lutte contre le Covid, et renoncent à défendre les revendications des travailleurs. Partout à travers le monde, les entreprises publiques ont été cédées à des propriétaires privés. Une infirme minorité n’a cessé de s’enrichir tandis que l’immense majorité est plongée dans la pauvreté.

Dans ce contexte, les travailleurs, dans de nombreux pays, ont été confrontés au fait que certains responsables d’organisations ouvrières, mettant le doigt dans l’engrenage de l’intégration, renoncent à leur mandat d’organiser la lutte unie contre les capitalistes et les gouvernements à leur service.

Mais en ce début de XXIe siècle, dans tous les pays, nous constatons que s’exprime une loi historique et universelle : pour se défendre, pour combattre, les travailleurs ont recours aux organisations qu’ils ont constituées, et en particulier aux organisations syndicales, et en y recourant comme instrument de leur lutte de classe, ils agissent pour en préserver l’indépendance.

Ces questions de l’indépendance du mouvement ouvrier et de la lutte de classe seront au centre de notre conférence mondiale.

La racine de tous les maux dont souffre l’humanité, c’est le régime capitaliste, régime d’exploitation fondé sur la propriété privée des moyens de production. La lutte des classes reste le moteur de l’histoire.

Il n’y a aucune fatalité à ce que la barbarie l’emporte : les ressources politiques pour dégager une issue positive se situent du côté du mouvement ouvrier.

En agissant contre la guerre, afin que le travailleur soit à l’usine et non dans les conflits meurtriers, le mouvement ouvrier est facteur de paix.

En combattant pour son droit à l’existence, pour que les travailleurs puissent librement s’organiser en syndicats et en partis, et constituer les organismes de combat nécessaires à la lutte unie et efficace sous les formes qu’ils choisissent eux-mêmes, le mouvement ouvrier défend la démocratie.

En combattant pour l’égalité des droits et pour la libération de toute l’humanité, le mouvement ouvrier contribue à libérer les femmes de la double oppression dont elles sont victimes.

En luttant contre l’emprise des multinationales, contre la dette qui étrangle les peuples, le mouvement ouvrier se porte à la tête de la lutte pour le droit à la nation souveraine.

En combattant pour mettre fin à la loi du profit et au pillage capitaliste, le mouvement ouvrier défend l’humanité et son environnement. Car nul ne peut prétendre apporter une réponse aux dérèglements climatiques, aux catastrophes naturelles et aux menaces sur l’environnement sans mettre un terme à ce système prêt à tout sacrifier pour garantir les profits de quelques-uns et dont les pratiques conduisent à la catastrophe.

En luttant pour la défense des droits collectifs de la classe ouvrière, pour la défense des systèmes de protection sociale, le mouvement ouvrier défend le droit au travail producteur de toutes les richesses.

En combattant pour en finir avec le système capitaliste, pour le socialisme, le mouvement ouvrier est porteur d’espoir et d’avenir pour l’humanité.

C’est sur la base de ces principes fondateurs du mouvement ouvrier, et dont nous affirmons la brûlante actualité, que nous, militants ouvriers soussignés, de traditions différentes, appelons à la tenue d’une conférence mondiale ouverte pour l’Internationale ouvrière, contre la guerre, l’exploitation et le travail précaire, à Paris les dimanche 30 et lundi 31 octobre 2022.

Elle sera précédée, le samedi 29, de la tenue de la conférence internationale pour la défense des droits des femmes travailleuses.

Afghanistan 

Darwaish, Sulaiman, journaliste ; Abdul Tofan, militant des droits de l’homme ; Z. Noor, Membre du Comité Central de l’organisation LRA Left radical of Afghanistan ; Nasir Loyand, responsable pour les relations internationales, Left radical of Afghanistan (LRA) ; Jandad Baseer, employé de l’entreprise de communications Afghan wireless Communication ; Mustafa Wasim, journaliste ; Arman Ghafori, médecin ; Faisal Afghan, journaliste et militant dans le domaine des media ; Z. F., journaliste ; Omar Hamidi, travailleurs; S. I., journaliste.

Algérie 

Chafik Amara, militant ouvrier ; Hamza A. militant ouvrier ; Omar A. militant ouvrier enseignant ; Kamel A. syndicaliste ; Hassina B. étudiante ; Larbi B., étudiant ; Rachid Belfadel, militant ouvrier ; Abdelkader Bentaleb, militant ouvrier ; Khalid D., militant ouvrier retraité ; Samia D. étudiante ; Sofiane E. militant ouvrier ; Hacène F. militant ouvrier chômeur ; Amélia H. militante ouvrière ; Farid H. militant ouvrier technicien ; Fawzi H. militant ouvrier ; Fodil H. syndicaliste ; Hafid H. syndicaliste ; Amar Lounas, militant ouvrier ; Aziz R. enseignant ; Wahiba S., étudiante ; Nadia Sabry, militante ouvrière ; Tarek S. syndicaliste ; Ryad R. syndicaliste enseignant, Farid T. militant ouvrier enseignant ; Ali Y. militant ouvrier.

Allemagne

Andreas Gangl (Bad Hersfeld) délégué syndical ver.di, membre du comité de grève ; Justine Hauptmann (Berlin-Dahlem) SPD, syndicaliste ver.di, ancienne présidente du Conseil d‘entreprise ; Gudrun Hintermeier Présidente du conseil syndical des retraité(e)s de Sömmerda ; Peter Hintermeier Président de l’union locale du DGB de  Sömmerda ; Gerd Kästel (Gera) syndicaliste ver.di ; Sidonie Kellerer syndicaliste enseignante GEW ; Kamal Ketar syndicaliste IG Metall ; Peter Kreutler (Düsseldorf) délégué syndical ver.di ; Norbert Müller (Francfort) syndicaliste ver.di, Commission ouvrière SPD Francfort ; Claudius Naumann (Berlin) membre de l‘ ISG, syndicaliste ver.di ; Holger Pfeiffer (Gelsenkirchen) délégué syndical ver.di ; Klaus Rittinger (Düsseldorf) porte-parole des délégués syndicaux ver.di ; Peter Saalmüller (Idstein)  syndicaliste ver.di, SPD ; Hans-Karl Schäfer syndicaliste enseignant GEW, SPD ; Heidi Schüller syndicaliste BTP de IG BAU ; Klaus Schüller (Meiningen) membre de la Commission ouvrière nationale du SPD, syndicaliste cheminot EVG ; J.S. (Leipzig) syndicaliste ver.di ; Anna Schuster (Düsseldorf) syndicaliste ver.di ; Karsten Schuster (Lüdenscheid) syndicaliste ver.di ; H.-W. Schuster (Düsseldorf) délégué syndical ver.di , membre de l‘ISG.

Australie 

Organisation « Liens ouvriers Australie-Asie » (AAWL)

Azanie/Afrique du sud 

Mzwandile Lomo, NUMSA (Syndicat National des Métallurgistes d’Afrique du Sud) délégué d’atelier ; Bethwel Sodikisa, NUMSA délégué d’atelier ; Benjamin Chisare Organisation (Alexander Community Forum) ; Lucky Baninzi (Organisation nationale des chômeurs NUPF) ; Thabo Mocuminyane (Organisation nationale des chômeurs NUPF) ; Fatimata Motloase (Organisation des femmes Noires) ; Elizabeth Manganyi (Comité de grève des loyers de Western Cape) ; Lucky Twala (Organisation de quartier Sisonke Community Forum) ; Mandlenkosi Phangwa, Section Azanienne de la Quatrième Internationale, (ASFI) (Johannesburg) ; Ashraf Jooma, ASFI (Johannesburg) ; Luboni Mbozomane, ASFI (Kwala Zulu Natal & Eastern Cape) ; Qiniso Dlamini, ASFI (KZN) ; Azakiwe Cingani Zweni, ASFI (Eastern Cape) ;  Ismael Parkies, ASFI (Johannesburg) ; Nemawothi Lufele, ASFI (Western Cape) ; Bonga Muchanga, ASFI (Johannesburg).

Bangladesh

Badrudduja Chowdhury: Secrétaire général du DWP Parti Démocratique des Travailleurs, Democratic Workers Party ; Islam Sk. Robiul, Président de la Fédération Nationale des Travailleurs du Bangladesh Jatiyo Sramik Federation National Federation of Workers of Bangladesh (BJSF) ; Rashid Mohamad Harunur, Secrétaire en charge des affaires internationales, de la Fédération Nationale des Travailleurs du Bangladesh Bangladesh Jatiyo Sramik Federation/ National Federation of Workers of Bangladesh (BJSF) ; Kabir Ahamed, Président exécutif de la Fédération Nationale des Travailleurs du Bangladesh BJSF, Secrétaire de la section de Chittagong du DWP.

Belarus

Youri Glouchakov, premier vice-président du Parti des Verts de Biélorussie.

Belgique

Barcellona Vincent, syndicaliste CGSP – administrations publiques ; Bernardi Antonio, militant ex-sidérurgiste retraité ; Coucke Gaëtan, syndicaliste enseignement ; Deconinck Jean-Marc ; Derriche Ouardia, féministe internationaliste ; Di Martinelli Muriel, secrétaire fédérale CGSP ; Giarrocco Roberto, Comité Unité – Eenheidscomité ; Horman Olivier, syndicaliste CGSP – administrations publiques ; Mechtcheriakova Olga ; Monsieur Serge, président CGSP-VLR Vivaqua ; Sellier Camille, infirmier hospitalier ; Vanesse Anne, féministe marxiste, militante des droits des Palestinien(nes) ; Verbiest Michel, Directeur honoraire Département Formation Province de Liège.

Bénin 

Serge Dossou-Yovo, secrétaire général du Syndicat national des professeurs des enseignements secondaires (SYNAPES) ; Paul Essé Iko, secrétaire général du SYNER ; T. Adron Baba Body, secrétaire national du Syndicat des sages femmes du Bénin (SYNSAFEB) ; Rodrigue Djidohokpin, secrétaire général départemental Ouémé du SYNAPES ; Chanvoedou H. Corneille, secrétaire général du SYNPHAB ; Danvi K. Michel, secrétaire général du SYNTRA-RSS ; C. Deton Givon, secrétaire général du SYNAMECH ; Gnonlonfoun M. Liliane, membre du Comité des femmes du SYNTRASESH ; Gnonlonfin Dohoy Wilfried, secrétaire général du syndicat des contractuels de la santé (SYNACOS) ; Adolphe Houssou, porte-parole du collectif des syndicats du secteur santé ; Monligui Desire, syndicaliste SYNAASA ; Soulé Salako, secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la santé humaine (SYNTRASESH) ; Innocent Assogba, membre du Comité de suivi de la Conférence de Mumbai (2016).

Brésil 

Milton Alves – journaliste, militant du Parti des travailleurs (PT), Curitiba/PR ; David Zanette – directeur du Syndicat des employés de banque de Curitiba et sa région ; Pedro Jacobs – directeur du Noyau syndical 39 du CPERS/RS ; Anísio G. Homem – écrivain, militant du PT, Curitiba/PR ; Edurdo Oliveira Miranda, Université d’état de Feira de Santana (UEFS).

Burkina Faso

Nikiema Aimée, artiste peintre ; Bado Baba, Manifeste Burkina ; Ouedraogo  Moustapha, Manifeste Burkina; Kientarboum Edvige, comédienne ; Ouedraogo Oliva, Manifeste Burkina ; Sawadogo Mami, Manifeste Burkina.

Burundi

J-Marie Nzosaba, Chômeur, ancien travailleur et syndicaliste du Port de Bujumbura ; Désiré Ndayatuke, militant du Parti des Travailleurs et de la Démocratie (PTD) ; Renovat Havyarimana, Syndicaliste, Secteur éducatif public ; Antoine Manuma, Président de la FNASEEB (Fédération nationale des syndicats de l’enseignement et de l’éducation du Burundi) ; Nathanael Nzisabira, petit commerçant ; Alice Nininahazwe, agent de douane ; J.-Marie Ndayiragije, Syndicaliste, Secteur éducatif privé ; Aline Havyarimana, militante du PTD.

Canada

B. Ross Ashley, Membre du Nouveau pari démocratique (NPD) (à titre personnel), Toronto ; H. Khyber, militant des droits de l’homme, Toronto ; Felix Bwitonzi, Syndicat Enseignantes et Enseignants de l’Ontario-EEO- (à titre personnel) ; Lyse-Pascale Inamuco, consultante en résolution des conflits et équité, membre du Nouveau Parti Démocratique (NPD). 

Chine

Ka Wai (Hong Kong, à titre personnel) ; Apo Leung (Hong Kong, à titre personnel), ainsi que  des militants de  Chine continentale.

Colombie 

Annette Salazar

Corée

Jung Sikhwa, dirigeant de la section KCTU de Kyung Ki ; Sang Soo Ha, dirigeant du syndicat des travailleurs du secteur informel de Kyung Ki.

Côte d’Ivoire

Ouattara Mamadou, ex-secrétaire général national de la CNEC (Coordination nationale des enseignants du supérieur et de la recherche) ; Edia Oi Edia, secrétaire Général de la Section CNEC Université Nangui Abrougoua ; Mobio Akomian Frederic, Secrétaire Général de la Section CNEC Université Pelefore Gon Coulibaly Korhogo.

Egypte

Essam Shaban, écrivain, chercheur en anthropologie sociale, université du Caire

Etat espagnol 

Reme Martin, retraitée, militante de Pensionistak Martxan (Retraités en marche), du MPB et du MPEH (Mouvement des retraités d’Euskal Herria), Syndicat LAB Euskal Herria ; Jose Ignacio Martinez, Retraité, Travailleur, Euskal Herria ; Maria Dolores Isla Ortiz, MPB (Mouvement des retraités de Biscaye) ; Ander Busto Diez, Euskal Herria.

Etats-Unis

Katharine Harer, co-vice présidente et responsable à l’organisation de la section 1493 de la Fédération enseignante de l’Université de San Mateo, Californie ; Gabriel Prawl, ancien président de la section 52 du syndicat des dockers (ILWU) et président de l’Institut A. Philip Randolph de Seattle, Etat de Washington ; Gene Bruskin, Syndicat national des écrivains, Maryland ; Khalid Raheem, président du nouveau parti pour l’indépendance africaine et du nouveau syndicat des travailleurs d’origine africaine New Afrikan Workers Union (NAWU), Pittsburgh, Pennsylvanie ; Desiree Rojas, présidente de la section de Sacramento (Californie) conseil syndical pour la promotion des travailleurs Latino Américains, AFL-CIO, Change to Win ; Parti Ujima pour le progrès du peuple – Ujima People’s Progress Party, Baltimore, Maryland ; Nnamdi Lumumba, secrétaire adjoint du Parti Ujima pour le progrès du peuple – Ujima People’s Progress Party, Baltimore, Maryland ; Monadel Herzallah, membre du syndicat United Educators de San Francisco, Fairfield, Californie; Julian Kunnie, membre de l’organisation IPMDSL; de l’alliance des travailleurs noirs pour la paix; du mouvement liberté pour Mumia et de l’organisation de défense des nations autochtones First Nations Enforcement Agency, Tucson, Arizona ; Nancy Wohlforth, secrétaire honoraire du syndicat des employés Office and Professional Employees Union (OPEIU), Washington, DC ; Ajamu Baraka, secrétaire national de l’Alliance nationale des travailleurs noirs pour la paix (BAP), New York, NY ; Clarence Thomas, retraité, ancien secrétaire de la section 10 du syndicat des dockers (ILWU), Oakland, Californie ; Kali Akuno, responsable à l’organisation de Cooperation Jackson, Jackson, Mississippi ; Donna Dewitt, présidente honoraire de la fédération AFL-CIO de Caroline du sud, Orangeburg, Caroline du sud ; Colia Lafayette Clark, ancienne combattante pour les droits civiques, Harlem, New York ; Chris Silvera, secrétaire de la section 808 du syndicat des camionneurs – Teamsters, Long Island City, New York ; Association international des amis et de la famille de Mumia-Abu-Jamal- International Concerned Family and Friends of Mumia Abu-Jamal- Philadelphia, Pennsylvania ; Suzanne W. Ross, Association international des amis et de la famille de Mumia-Abu-Jamal- International Concerned Family and Friends of Mumia Abu-Jamal, New York, N.Y. ; Ivonne Heinze Balcazar, membre du syndicat California Faculty Association, Carson, Californie ; Sandy Eaton, retraité membre du syndicat des infirmiers du Massachusetts (MNA), Quincy, Massachusetts ; Sean McMahon, co-directeur de l’organisation Pangea Legal Services, Berkeley, Californie ; Nouveau mouvement abolitionniste, Brooklyn, New York ; Betty Davis, nouveau mouvement abolitionniste, Brooklyn, New York ; Eduardo Rosario, président de la section de New York City du conseil syndical pour la promotion des travailleurs Latino Américains (LCLAA), New York, N.Y. ; Lita Blanc, ancienne présidente du syndicat United Educators de San Francisco (UESF) San Francisco, Californie ; Connie White, membre du comité directeur de Labor and Community for an Independent Party (LCIP)-Los Angeles, activiste du movement pour un Labor Party, Long Beach, Californie ; Karina Rodriguez, militante politique, Sacramento, Californie ; Dan Kaplan, retraité, ancien secrétaire section 1493 de la fédération des enseignants,  Berkeley, Californie ; Millie Phillips, membre de la direction de l’organisation Labor Fightback Network, Oakland, Californie ;  Katherine Black, retraitée du syndicat AFSCME; membre de l’association des femmes syndicalistes CLUW (Coalition of Labor Union Women), Philadelphie, Pennsylvanie ; Alan Benjamin membre du comité de suivi du Comité Ouvrier International, San Francisco, Californie ; Coral Wheeler, membre du syndicat California Faculty Association (Cal Poly Pomona campus), Los Angeles, Californie ; Mya Shone, Comité national de Socialist Organizer, Vallejo, Californie ; Ralph Schoenman, Comité national de Socialist Organizer, Vallejo, Californie ; E.J. Esperanza, militant pour la défense des droits des travailleurs migrants, San Jose, Californie ; Cliff Conner, historien, auteur de La tragédie de la science américaine, New York, N.Y. ;

Michael Steven Smith, radio programme Law and Disorder, New York, N.Y. ; David Walters, retraité, ancien membre de la section 1245 du syndicat IBEW, Pacifica, Californie ; David Keil, membre du syndicat des enseignants du Massachusetts (MEA), Natick, Massachusetts ; Michael Carano, retraité section 348 du syndicat des camionneurs / Teamsters, Tallmadge, Ohio ; Jim Lafferty, directeur honoraire de l’Association national des juristes, Los Angeles, Californie ; Allan Fisher, retraité, ancien président de la section 2121 du syndicat des enseignants (AFT) San Francisco, Californie ; Rodger Scott, ancien président de la section 2121 du syndicat des enseignants (AFT), délégué au conseil du travail de San Francisco, Californie ; Michael Harer, militant politique, retraité, Pacifica, Californie ; Anne Aames, militante politique Kingston, New York ; Tamara Dumay, militante politique, Wingdale, New York ; Carole Hyams, militante politique, Pleasant Hill, Californie ;

Susan Holland, militante politique, Ulster Park, New York ; Kim Guptill, militant politique, San Jose, Californie ; Don Bryant, membre de Labor and Community for an Independent Party, Labor Fightback Network et National Association of Letter Carriers, retraité, Cleveland, Ohio

France 

Auffret Patrick, syndicaliste territorial Ville de Paris ; Bahli Mostafa, syndicaliste chimie FO ; Balhoul Maïa, étudiante ; Belaiche Houria, syndicaliste CGT Montreuil ; Benatti Karim, enseignant syndicaliste ; Berrut Jacqueline, syndicaliste ; Bonhomme Loïc, syndicaliste FERC-SUP CGT, Université de Paris ; Bonnefon Sarah, syndicaliste FERC-SUP CGT, Université de Paris ; Boquet Xavier, syndicaliste FERC-SUP CGT, Université de Paris ; Boukhellouf Salim, infirmier anesthésiste du CH Sud 77 ; Brefort Stéphane, professeur des écoles, syndicaliste ; Brioso Miguel, syndicaliste CGT, secrétaire Stilpac CGT Nancy ; Cayol Yves, syndicaliste ; Charles Roland, militant haïtien OPL (Organisation du peuple en lutte) ; Pascal Corbex, syndicaliste action sociale FO ; Cordelier Odile, professeur d’anglais en lycée ; Daire Jérémie, étudiant ; Daniel Gérard, retraite CGT de l’action sociale ; Delattre Herve, syndicaliste Paris ; Delclos Nicolas, cheminot ; Depaux Guillaume, infirmier en psychiatrie ; Doriane Olivier, POID ; Edwige Romain, syndicaliste, postier ; Fabing Daniel, syndicaliste CGT ; Ferré Dominique, POID ; Frische Martine, militante communiste, syndicaliste enseignante ; Garcia Michel, syndicaliste FO métallurgie ; Gauthierot Christine, retraitée de la fonction publique ; Giordano Freddy, employé de commerce élu CGT ; Gluckstein Daniel, secrétaire national du POID ; Gougbedji Gustave, militant du Parti communiste béninois (PCB) en France ; Hamon Guillaume, syndicaliste Côtes-d’Armor ; Heulland Priscilla, déléguée FO action sociale 28 ; Hossain Myriam, syndicaliste territoriale Les Lilas ; Hourmand Benoît, syndicaliste ; Inda Roussi Tadjidini, syndicaliste enseignant ; Jarry Éric, syndicaliste chimie ; Keiser Christel, secrétaire nationale du POID, responsable de la commission femmes travailleuses ; Kerhli Pierre, syndicaliste enseignant ; Kesselmann Donna, professeur université Paris-Créteil, syndicaliste universitaire ; Kuntz Laurent, syndicaliste CGT ; Le Courtois Éric, syndicaliste ; Lefebvre Jack, syndicaliste ; Loupias Anne, syndicaliste CGT Éducation nationale ; Mazet Pascal, conseiller régional ; Menet Charles, syndicaliste métallurgie ; Michaud Isabelle, syndicaliste ; Michel Jean-Roland, FO ; Millot Reynald, syndicaliste ; Moranne Brigitte, syndicaliste ; Noszkowicz Patrick, secrétaire général de l’Union fédérale des retraites du transport CGT (CG UFRT CGT) ; Nsangou Michel, président de l’association de solidarité aux victimes des guerres du Congo-Brazzaville (ASVGCB) ; Paskiewicz Annie, syndicaliste CGT aux Nouveaux Robinson, Montreuil ; Paty Jean-François, syndicaliste CGT postier ; Pochon Vincent, secrétaire national SUD Chimie ; Porteilla Raphaël, maître de conférence en sciences politiques à l’université de Bourgogne, secrétaire FERC-SUP CGT; Poupard Alain, syndicaliste CGT ; Queysselier Olivia, syndicaliste ; Rabah Brahim, militant syndicaliste Ville de Paris ; Razkallah Lazare, syndicaliste CGT TUI France ; Ribail Chantal, syndicaliste enseignante ; Roudil Isabelle, syndicaliste FO action sociale ; Rzewuski Christophe, cheminot, militant syndical ; Schmitt Arsène, président du comité de défense des travailleurs frontaliers de Moselle ; Targe Anna, syndicaliste retraitée, communiste ; Thébault-Jarry Martine, enseignante syndicaliste ; Thiriet Régis, syndicaliste enseignant ; Trichard Norbert, syndicaliste enseignant ; Uhalde Paul, étudiant ; Vega-Ritter Clothilde, militante socialiste ; Youga Tientcheu Béatrice, aide-soignante, syndicaliste CGT.

Ghana

Explo Nani-Kofi Organisation Panafricaine Moving Africa au  Ghana./ élu à l’assemblée du sous -district de Dayi ,Directeur de publication  Une autre  Afrique est Possible et du journal Kilombo 

Grande-Bretagne

(Tous à titre personnel) Ian Hodson, Président du syndicat des Boulangers  BFAWU; Steve Hedley, Premier secrétaire général adjoint du syndicat des cheminots  RMT ; Jane Doolan, membre de la direction nationale du syndicat  UNISON; Kevin Jackson Membre de la direction nationale du syndicat  UNISON ; Rebecca Brookman Membre de la direction nationale du syndicat  UNISON ; Soairse Fanning  Membre de la direction nationale du syndicat  UNISON ; Amarjite Singh Membre de la direction nationale du syndicat  des postiers CWU ;  Section NW567 du syndicat  Unite Community Liverpool ; Mike Calvert, Secrétaire Adjoint de la section d’Islington du syndicat UNISON ; Stefan Cholewka, Secrétaire de l’Association des UL des TUC du Grand Manchester (GMATUC) ; Jo Rust, Secrétaire de l’UL des TUC de  King’s Lynn et élue conseillère indépendante du district de la ville de King’s Lynn ; Mike Arnott, Secrétaire de l’Union locale des TUC de  Dundee ; Margaret K. Taylor, Trésorière de l’Union Locale des TUC de Rochdale ; John Sweeney, Membre du Labour Party et syndicaliste ; Terry Luke, retraité syndicat UNISON d’Islington ; Charles Charalambous, ancien  président de l’UL des TUC de tornay & South Devon, directeur de la publication  Labour Internationalist ; Paul Filby,  Blacklist Support Group Liverpool ; Doreen McNally, section du syndicat Unite Community de Liverpool, ancienne porte-parole de l’Association des femmes de dockers ; Sheila Coleman, Liverpool ; Antony Rimmer, ancien conseiller municipal de Liverpool suspendu par Margaret Thatcher, Association des Retraités de la région du Merseyside, syndicaliste CWU et  Unite ; Mark Hollinrake, délégué syndical du syndicat PCS ; Dr Michael Loughlin; Nick Phillips,  membre du syndicat Unite Londres ; John Tyrrell, Président du  Socialist Labour Party ;  Audrey White, Présidente Association des Retraités de la région du Merseyside ; Jackie Yems, membre du syndicat Unite ; Henry Mott, membre du syndicat Unite ; Mark Carter, Secrétaire de la section du Dorset du syndicat des Cheminots  RMT ; Ann Green, British Pensioner Magazine ; Glenroy watson au nom de Black Workers For Justice – Europe (BWFJ-e), du  Global Afrikan Congress-UK, du comité des travailleurs noirs du syndicat des cheminots RMT ; Nzingha Assata Global Afrikan Congress-UK ; Carmel Cadden, syndicat Unite de  Haringey & Barnet  Londres ; Shiraz Durant section du Labour Party de Tottenham   Londres ; Michelle Smith  Réseau anti-fasciste de la région du Merseyside, syndicaliste ; Fiona Monkman Présidente de la section syndicale UNISON d’  Islington ; Karen Bellion Section du Labour Party de  Liverpool Walton, Membre du Comité pour la Démocratie dans le Parti et représentante de l’association des femmes du  Nord-Ouest ; Noeleen Grattan section du Labour Party de  Tottenham Londres ; Dave Walsh Président de l’Union locale des TUC de Liverpool ; Courtney Weekes, conseiller en orientation professionnelle ; Alan Gibbons, élu Labour au conseil municipal de Liverpool.

Grèce 

Andreas Guhl (membre du CORQI) ; Sotiria Lioni ; Irini Morou (enseignante) ; Dimitris Vasileiou (membre de la fraction syndicale META) ; Pantelis Kokkinopoulos (médecin, ancien conseiller municipal de Nauplie) ; Maryse Lelohe (Retraitée) ; Dimitris Balaskas (petit paysan) ; Apostolos Kouikoglou  (petit paysan)

Guatemala

Ángela Lidia Santos Mejía, professeure

Haïti

Berthony Dupont Editeur de Haïti Liberté Brooklyn,New York ; Haïti Liberté Brooklyn,New York ;

Hongrie

Attila Vajnai, président du Parti Ouvrier 2006 – Gauche européenne ; Judit Somi, militante ouvrière

Inde

N. Vasudevan, Syndicaliste, Mumbai ; M.A. Patil, Syndicaliste, Mumbai ; Professeur. Uday Mehta, Mumbai ; Milind Ranade, Syndicaliste, Mumbai ; Anand Patwardhan, Réalisateur de films ; Ms Shweta Tambe, Militante des droits de l’homme, Mumbai ; Krishna Moorthy, Syndicaliste, Kerala ; D. Thankappan, Syndicaliste, Mumbai ; Franklyn D’souza, Spark, Mumbai ; Richard Pinto, Syndicaliste, Chennai ; Subhas Jorge Naik, Syndicaliste, Goa ; C.G. Chavan, Syndicaliste, Mumbai ; John Peter, Syndicaliste, Chennai ; Denzil John, Spark, Mumbai ; Ms. Sujata Modi, Syndicaliste, Chennai ; Richard Pinto, Syndicaliste, Mumbai ; Gausuddin Shaikh, Confédération syndicale des travailleurs précaires du Maharashtra; Martins Sabina, militante ; Geeta Mantraraj Sudeeti ; Ghosh Asiskusum, Co- Secretaire, de la confederation des Représentants de commerce ; Ahmad Fahad, chargé de recherche principal -TISS, Mumbai ; Rashmi Divekar, Spark

Indonésie

Dian Septi Trisnanti au nom de la centrale syndicale Unity Labour Federation (FSBPI / Fédération Unitaire du Travail

Irlande

République d’Irlande : Ciaran Campbell ancien responsable régional du syndicat  Mandate Regional* ; Christy Mcquillan Militant pour la république et le socialisme,  ancien  responsable de SIPTU* ; Republican Sinn Féin / Irlande du Nord : M.Doyle, militant pour le Socialisme en Irlande* ; D. McCarthy, Militant pour le Socialisme en Irlande* ; P..O’Doherty, militant pour le Socialisme en Irlande* ; S.Lynch, militant pour le Socialisme en Irlande* ; N. Quinn, militant pour le Socialisme en Irlande* ; Dunne, militant pour le Socialisme en Irlande*; P. Duffy, militant pour le Socialisme en Irlande (* : à titre personnel ).

Italie

Luigi Brandellero, travailleur, Comité de rédaction de Tribuna Libera ; Marina Boscaino, militante pour les droits démocratiques et sociaux, Rome ; Valeria Busicchia, enseignante, militante ; Rita Campione, Comités NON à la Régionalisation  Lombardie, Milan (à titre personnel) ; Alessandra Cigna, enseignante, déléguée syndicale et membre du comité exécutif du syndicat ; Giovanni Cocchi, Bologne ; Ugo Croce, r, Comité de rédaction du mensuel de Tribuna Libera ; Loretta Deluca, enseignante, militante de Rifondazione Comunista, Leinì (Turin) ; Dario Granaglia, travailleur, délégué et membre du bureau exécutif du syndicat FIOM-CGIL ; Daniele Grego, enseignant, militant syndical, Turin ; Monica Grilli, enseignante, déléguée et membre du comité exécutif du syndicat ; Tonia Guerra, militante de la Refondation communiste, Bari, Italie ; Gianni Guglieri, travailleur, délégué et membre de l’exécutif syndical, Turin ; Andrea Monasterolo, travailleur, militant syndical ; Agata Pantella, enseignante, Turin ; Alberto Pian, enseignant, délégué et membre du comité exécutif du syndicat, Turin ; Dianela Pez, membre du secrétariat régional Friuli Venezia Giulia de Sinistra Italiana , à titre personnel ; Claudia Poggio, enseignante, Acqui Terme (Alessandria) ; Farbizio Prestipino, enseignant, Comité de rédaction de Tribuna Libera ; Betty Raineri, enseignante déléguée et membre de l’exécutif syndical, Turin ; Teresa Silvestri, enseignante, Turin ; Elena Troglia, enseignante, Turin ; Emanuele Ungheri, Catane ; Lorenzo Varaldo, directeur d’école, coordinateur mensuel Tribuna Libera ; Vanna Ventre, enseignante, rédaction mensuelle de Tribuna Libera.

Luxembourg

Philippe Manenti, président d’un comité de défense des travailleurs frontaliers au Luxembourg. 

Mali

Gaousou Dialo, artiste plasticien ; Oumou Traoré, photographe.

Maroc

Oujda : G.A ; enseignement supérieur ; Mohamed Dahak ; syndicaliste enseignement et militant des droits de l’homme ; Md. Mohammadin ; ingénieur d’Etat, secrétaire général du syndicat national des fonctionnaires de l’enseignement supérieur – CDT ; Tétouan : Smail Jbari ; membre du comité administratif de la jeunesse ouvrière marocaine, JOM/UMT ; Sakina Jarmim ; membre du bureau syndical commune, FNOFCL/UMT ; S. Kh ; membre du bureau syndical commune, FNOFCL/UMT, commission femmes – UMT ; Fadoua Idrissi ; syndicaliste enseignement ; Sanaa Ahayek ; militante des droits de l’homme ; Az. J ; ouvrier mécanicien ; Yassine Oulad Hmida, Chômeur (Tétouan) ; Casablanca : Y. Lamine ; Tribune des travailleurs ; F. A ; Ingénieur ; Hamza . Ab ; technicien génie civil ; Ka. Ba ; technicien topographe ; Al Hoceima : Md . A ; syndicaliste commerce ; Hassan Idrissi ; S-G syndicat nationale du commerce ; Ha . Bd ; syndicaliste commerce ; Tk . Az ; syndicaliste commerce ; Med .Ou ; syndicaliste commerce ; Med . B ; avocat stagiaire ; Az. Mm ; avocat stagiaire ; Med . D; avocat stagiaire ; K . E; avocat stagiaire ; Mj . Ou; syndicaliste enseignement ; Med Hn ; militant ouvrier ; Mo .Aj ; ouvrier ; Ha. Bo ; chômeur diplômé ; Mr . Aj ; syndicaliste enseignement.

Mexique

María de Lourdes Díaz Cruz « LULA », Mouvement National de Transformation Pétrolière ; Israel Cervantes, Groupe Generando Movimiento (Groupe En mouvement) des  Travailleurs de General Motors, Silao ; Rolando Martínez Guzmán, Secrétaire général du Syndicat Unique National de l’Industrie, de la Sidérurgie, Soudeurs et Assimilés de Maintenance, secteur de la Construction en général, de la République Mexicaine (SUNISSMACREM) ; Sergio Guerrero, Secrétaire général du Syndicat Union National des Travailleurs des plateformes internet (UNTA) ; Fernando Serrano, Secrétaire général du Syndicat Indépendant des Travailleurs Enseignants et Administratifs des collèges de Bacheliers (SITAACOBACH) du Chiapas ; Juan Carlos Vargas, Commission Exécutive Nationale de la Nouvelle Centrale des Travailleurs (NCT) ; Fernando Marques, Délégué du syndicat UAW local 2865, Riverside ; Luis Carlos Haro, Coalition des Travailleurs de l’Éducation Privée ; Melquiades Velueta Velueta, Travailleur du Secrétariat à la Santé, affilié au Syndicat National des Travailleurs du Secrétariat à la Santé (SNTSA) ; Raúl Calleja Lacortti, COI, Section 50 SNTSA ; Daniel Gómez Meza, Conseil Central de Lutte du SNTE-CNTE (Syndicat National des Travailleurs de l’Éducation – Coordination Nationale des Travailleurs de l’Éducation) section 40, Chiapas ; Muriel Ernesto Gómez Alvarado, CCL40 Chiapas, SNTE-CNTE ; Russel Aguilar, Retraité, Section 7 SNTE-CNTE ; Liliana Plumeda, Organisation Politique du Peuple et des Travailleurs (OPT) ; Marco Antonio Morales Rojo, Ex candidat Indépendant de l’OPT au gouvernement de Basse Californie, affilié à l’UNTA ; Raymundo Blas, Travailleur de la construction, militant de la LCI-CORCI ; Gilberto Montes Vásquez, OPT Chiapas ; Andrea Valladolid, Alliance Internationale des Jeunes pour le Socialisme (AIJS) ; Irma Moran, Résistances Unies de Basse Californie ; Daniel Martínez Velasco, Nouvelle Constituante Citoyenne et Populaire ; Fredy Rodríguez Méndez, Représentant du groupe de moto-taxis bleus de Real del Bosque, Nouvelle Centrale des Travailleurs ; Juan Antonio Avalos, affilié au Syndicat des Travailleurs de l’Université Nationale autonome du Mexique STUNAM ; Christopher Eduardo Urbalejo Martínez, militant du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR) ; Siria Garibay Marrón, Collectif Femmes Terre A.C. ; Fernando Aguilar Palacios, Secrétaire au Travail du Syndicat Indépendant des Travailleurs Enseignants et Administratifs des collèges de Bacheliers (SITAACOBACH) de Chiapas ; Claudia Berenice Serrano Maldonado, SITAACOBACH ; Maria Hernández de la Cruz, Secrétaire aux affaires internes de SITAACOBACH ; Joaquín Torres, Comité de Voisins en défense des services publics de Villa del Álamo, Tijuana ; María Consuelo Sánchez Lora, Comité de Voisins en défense des services publics de Villa del Álamo, Tijuana ; José Luis Barrios Reyes, CCL40 Chiapas du SNTE-CNTE ; Marco Antonio Laparra García, CCL40 Chiapas du SNTE-CNTE ; Rosemberg Perez Garcia,  CCL40 Chiapas du SNTE-CNTE ; José Alberto Díaz Reyes, CCL40 Chiapas du SNTE-CNTE ; Luís Hernández Martínez, CCL40 Chiapas du SNTE-CNTE ; Catalina Miranda Navarro, Affiliée à la Section 37 du SNTE ; Ana Lilia Escalante Orantes, Secteur de la Santé ; Jorge Manuel Arcia Najera, Instituteur à la retraite, CNTE ; David Lagunés Calderón, Syndicaliste section 50 du SNTSA ; Yesenia Robles Escobar, Syndicaliste section 98 du SNTSA ; Roger Cerda Medina, Bloc démocratique de retraités, section 7 du CNTE Chiapas ; Lidia Suárez, Université Pédagogique Nationale ; Miroslava Calleja, Journaliste ; Juan Carlos García López, Enseignant, section 37 du SNTE ; Jeanett Alegria Mendez, Ouvrière Chiapas ; Eleazar López, Etudiante à l’UNAM (Université National Autonome du Mexique) ; Carlos Niebla, Affiliée à l’UNTA ; Daniel Alarcón Mares, enseignant ; Andrés Cantoral Guzmán, Syndicaliste Section 50 du SNTSA ; Alejandra Rivera, OPT Basse Californie

Niger

Bâ Alima, étudiant ; Balarabe Rahila, artiste conteuse.

Norvège

Heelay Heelay, militante sociale

Pakistan

Rubina Jamil, Secrétaire Générale de la confédération All Pakistan trade Union Federation (APTUF) ; Anwer GUJJAR, Président du syndicat de cheminots Railway workers union ; Mian Khalid Président du syndicat de cheminots Railway Workers Union ; Muhammad Ilyas,Secrétaire adjoint. – APTUF ; Samina fayyaz, Secrétaire adjoint Syndicat des employés du département des Sports ; Amna Allah Ditta, Présidente de l’association La Voix des Femmes Travailleuses Women workers voice, Organisation d’aide sociale Gulzar Welfare Society ; Sultan Khan, Secrétaire Général Syndicat des travailleurs de Hamdard ; Taj Haider, Président Syndicat des enseignants du Punjab Punjab Teachers Association ; Siddique Chaudhary, Président syndicat des employés du Fonds Social des Travailleurs Workers Welfare Fund ; Shabbir shah, Premier Vice Président APTUF ; Khurshid Ahmed, Secrétaire Général du syndicat des travailleurs de l’agence de production Hydro-électrique du Pakistan WAPDA ; Akbar Khan, Secrétaire Général du syndicat des employés de banque National Bank ; Fayyaz Chaudhary, Président du syndicat des employés de banque National Bank ; Nisar Chaudhary, Secrétaire Général du syndicat des employés de l’entreprise Escort Meter ; Nisar Khattak, Directeur de l’Organisation d’aide sociale Gulzar Welfare Society ; Nisar Khan, Président de Gulzar Welfare Society ; Javed Khan, Président de la confédération-transport de marchandises du Pakistan ; Khalifa Ashraf, Présidente syndicat de l’entreprise textile Lisa Garmentunion ; Salah I’d din Ayubi, Secrétaire Général – Département des travaux public du Punjab ; M.Salim, Président Syndicat des employés Longman ; Maqsood Ahmed, Secrétaire Général – Syndicat des employés de la chimie de Lahore ; Farzana Zafar, Syndicat des travailleurs à domicile ; Aliya Ahmed, Secrétaire Adjoint – syndicat des enseignants du Punjab ; Khatija Sultan, Syndicat des employés à domicile ; Saima Mansoor, Syndicat des employés à domicile ; Dr. Ashraf NIZAMI, Président Association des Médecins du Pakistan ; Salma Younas , Syndicat des agents de santé communautaires Lady health workers ; Fouzia Rashid, Syndicat des agents de santé communautaires Lady health workers ; Dr. Taimure Rehman, Secrétaire Général du Parti ouvrier et paysan du Pakistan.

Palestine

Ayman Al-Arari, MA Loi humanitaire Internationale ; Naji Al Khatib, « Palestine laïque »

Pérou

Henry Isaac Fuentes Macedo,  Secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de l’Agro-industrie du Pérou S.A.C. ; Emilio Barreto Vizcarra, Ex dirigent instituteur, militant du Courant Socialiste Internationaliste ; Henry Torres Gallarday, Groupe Socialiste Internationaliste, Journal  “El Organizador” (L’Organisateur) ; Henry Luis Flores Gonzáles, Groupe pour le Mouvement Indépendant des Travailleurs ; Juan Manuel Torres Gallarday, Ex travailleur de la sidérurgie, délégué de section ; Roberto Alvarado Rubiños, Directeur de “Páginas Libres” (Pages libres) ; Luz Marisol Vigo Berna,  Groupe pour le Mouvement Indépendant des Travailleurs ; César Augusto Huamán Escudero, Groupe Socialiste Internationaliste ; Germán Zapata Gonzáles, Syndicaliste et militant ; César Salinas Mejía, Ex dirigent syndical mineur ; Marcel Salinas Ballón, Économiste, militant.

Philippines  

Randy C. Miranda Responsable à l’organisation et membre du comité exécutif au nom du Parti des Travailleurs (Partido Manggagawa)

Pologne

Beata Firo-Bencolurska, militante

Portugal

Bento Correia, militant politique et social, activiste mouvement “Solidários: Trabalhadores Atacados Não Podem Ficar Isolados! » ; Rogério Ferreira, Mesa Nacional du BE (Direction nationale du Bloc de gauche) ; José Casimiro, responsable du travail, activiste mouvement “Solidários: Trabalhadores Atacados Não Podem Ficar Isolados! » ; José Santana Henriques, militant syndical, CGTP, activiste mouvement “Solidários: Trabalhadores Atacados Não Podem Ficar Isolados! » ; Adriano Zilhão, militant du mouvement “Solidários: Trabalhadores Atacados Não Podem Ficar Isolados!” ; Célio Rodrigues, travailleur industrie pharmaceutique en Suisse, ex-président de la commission des travailleurs Novartis, puis GSK, ex-président de la section de la Côte du syndicat Unia ; Frederico Rodrigues, travailleur des call center Lisbonne, 21 ans

Puerto Rico

Ángel Figueroa Jaramillo, Président de l’Union des Travailleurs de l’Industrie Électrique et de l’Irrigation (UTIER) (à titre personnel)

République démocratique du Congo

Patrick Matanya Lungwe, informaticien ; Alfred Amani Kilalo, Chargé de la sensibilisation et des relations publiques du Comité pour le Parti démocratique indépendant des travailleurs et des paysans  (PDITP) ; Lucien Faradja Mbinga, Petit commerçant; Gustave Kizenga, Coordonnateur du Comité pour le PDITP; Charles Kasali, Porte-parole et secrétaire du Comité pour le PDITP.

République tchèque

Petr Schnur, Forum tchèque pour la paix 

Roumanie

Constantin Cretan, Président de la Fédération Nationale du Travail ; Lulu Iulian Pauna, Président exécutif du Syndicat « Lignite » d’Olténie ; Marioara Vasile, Présidente de l’Organisation des Femmes de la Fédération Nationale du Travail ; Mihai Tiberiu Grigoriu, Président exécutif de la Ligue des Travailleurs de Roumanie.

Russie

Andreï Zavodskoï, Syndicat « Plateforme de solidarité » ; Igor Pliouchtch ; Valentin Ourousov, Centre de défense des droits syndicaux ; Tatiana Choulga, Coordinateur régional du syndicat des travailleurs de la santé « Action » pour la région d’Irkoutsk ; Viatcheslav Tretyakov, Premier secrétaire du comité régional de Tomsk de l’Union de la jeunesse communiste léniniste de la Fédération de Russie (LKSM-RF) ; Andreï Kalinkine, Partisan du CORQI ; Evgheny Chabaline, Syndicat MPRA ; Vassili Vostrikov, partisan du CORQI ; Arkadi Tachlanov, Responsable régional (Irkoutsk) du syndicat SOTSPROF ; Mark Vassilev, Historien ; Ostapenko Elena, enseignante ; Serdechkine Sergueï.

Rwanda

Théogène Manirahari, Service de livraison ; Louange Nihimbazwe, Fonctionnaire d’Etat (Service social) ; Alphonse Karango Niyonzima, Syndicaliste ; Pierre Rutinduka, Fonctionnaire.

Sénégal

Assy Ba, étudiant ; Boubacar Sow, étudiant ; Assane Mbengue, étudiant ; Awa Cissé, étudiante ; Amadou Sow, étudiant ; Cheikh Badji, étudiant ; Mor Talla Faye, étudiant ; Madiop Gaye, étudiant ; Oldy Thioun, étudiant ; Marcel Ndiaye, enseignant, Groupe sénégalais d’études révolutionnaires (GSER) ; Édouard Sarr, étudiant, membre du Parti socialiste ; Moussa Diouf, enseignant

Serbie

Jacim Milunovic, militant ouvrier

Suède

Pr. Nadezhda Bravo Cladera, Université d’Uppsala University (à titre personnel) ; Hossa Inam, Assistance aux clients Stockholm metro ; Amiri Freshta étudiant ; Faraj Bayrakdar, Poete et journaliste Syro-Suédois

Suisse

Hewit Amour, syndicaliste industrie (VD) ; Gabriella Barriera, syndicaliste fonction publique (GE) ; Benmenni Bounour, syndicaliste industrie (VD) ; Thomas Bruchez, militant socialiste (à titre personnel) (GE) ; Jean-Philippe Faure, militant ouvrier (FR) ; Dogan Fennibay, syndicaliste industrie (ZH) ; Marzia Fiastri, syndicaliste enseignante (GE) ; Jacqueline Heuer, syndicaliste enseignante (GE) ; Ali Korkmaz, syndicaliste industrie (VD) ; Bülent Özkan, syndicaliste industrie ; Graziano Pestoni, syndicaliste services publics (TI) ; Françoise Revaz, Professeure émérite Université de Fribourg ; André Schlüssel, biologiste (GE) ; Marc Simeth, syndicaliste enseignant (GE) ; Eric Voruz, syndicaliste retraité (VD) ; Döndü Yldirim, syndicaliste agroalimentaire (VD) ; Michel Zimmermann, militant ouvrier (GE)

Togo

Lawson Messan, Docteur-Ingénieur à la retraite, Secrétaire national du PADET/L’Emancipation ; Djaoura Tiguena, Enseignant, Militant du PADET/L’Emancipation ; Tchedre Tchapo Gbandi, Enseignant, Militant du PADET/L’Emancipation

Tunisie

Lotfi Guesmi, militant ouvrier

Turquie

Cemal Bilgin, Président, IKEP, Parti propre à l’ouvrier ; Kenan Okta, Délégué d’atelier syndicat des mineurs de Turquie, (Confédération Turk-Is) ; Ihsan Tecik, Président de l’IKEP (Parti propre à l’ouvrier) Istanbul, syndicaliste secteur de l’énergie ; Zeki Kılıcaslan, Prof. Dr. (médecin) ; Mustafa Durdag, ouvrier retraité syndicaliste (industrie du verre) ; Mehmet Şadi Ozansu.

Zimbabwe

Mafa Kwanisai Mafa, Président de l’organisation Chimurenga Vanguard section Zimbabwéenne du CORQI ; Arasiah Phiri. Secrétaire aux affaires féminines dans le Chimurenga Vanguard ; Tipei Lorata Dube, Secrétaire à l’information et à la communication dans le Mouvement Zimbabwéen des Socialistes Pan Africains ; Dr Shadreck Matindike, Organisation solidarité Zimbabwe-Palestine ; Kudakwashe Shambare, Vice-président du mouvement Zimbabwéen des Socialistes Pan Africains ; Fortune Madondo , Association pour l’amitié entre le Zimbabwe et Cuba ; Tungamirai Mukondo , Syndicat des Etudiants du Zimbabwe ; Ronal Mutizwa , Syndicat des Etudiants du Zimbabwe ; Rodney Maseko, Syndicat des Etudiants du Zimbabwe ; Dr Norbet Hosho, Organisation Le Zimbabwe contre les Sanctions ; Chitsungo, Alliance des groupes contre les Sanctions

Antony Kalubi, Confédération syndicale du Zimbabwe ; Victor Dzidzai Maride, ZANU PF DCC Secrétaire à l’information et à la communication ; Cde Namatirai Chipere, ZANUPF DCC Secrétaire en charge des affaires judiciaires ; Henry Ngara, Fraternité avec la Palestine ; Takudzwa Huni, Syndicat des Etudiants du Zimbabwe

Caleb Kuranga, mouvement Zimbabwéen des Socialistes Pan Africains ; Godknows Chera, Les militants Amitié avec le Venezuela ; Runesu Gumbo, mouvement Zimbabwéen des Socialistes Pan Africains ; Sally Ngoni, Alliance des groupes contre les Sanctions ; Tinashe Ngirandi, Young Global Leaders Network Les jeunes leaders mondiaux ; Nqobizitha Newlands, Federation of African States (FAS).

Appel – Contre les pouvoirs spéciaux et la politique d’«Union nationale» ! Pour la réquisition ! Tegen de speciale bevoegdheden en het beleid van de « Nationale Eenheid »! Voor de vordering!

Le 26 mars, la Première ministre Sophie Wilmès a reçu la confiance de la Chambre des représentants afin que son gouvernement (formé de 10 ministres libéraux sur 13) puisse bénéficier de pouvoirs spéciaux qui lui permettent de légiférer par arrêtés royaux adoptés sans débats parlementaires et ce, dans le prétendu but de gérer la crise liée au coronavirus.

Néanmoins, cette lutte n’est pas seulement limitée aux aspects sanitaires mais également aux aspects économiques. En effet, malgré une crise financière qui guette le monde entier depuis plusieurs mois, une des premières mesures de ce gouvernement Wilmès II a été d’offrir une garantie bancaire de 50 milliards d’euros aux banques qui octroient des crédits aux entreprises et indépendants depuis ce 1er avril, ce qui correspond à 10% du PIB belge.
Cette garantie n’est rien d’autre qu’un énorme cadeau aux grandes institutions bancaires !

Dans l’incapacité de prendre des mesures sanitaires d’urgence efficaces malgré ses pouvoirs spéciaux, ce gouvernement n’hésite par contre pas à légiférer pour déroger à un ensemble de conventions collectives liées au droit du travail. A l’heure où plusieurs centaines de milliers de personnes travaillent encore et où 85% des entreprises contrôlées ne respectent pas les règles de distanciation sociale, le gouvernement souhaite un déconfinement le plus rapide possible afin de préserver le système économique.
Clamons haut et fort : sauvons la population, pas les banques !

Evidemment, ces pouvoirs spéciaux représentent une menace pour la démocratie et les travailleurs. Ceux-ci peuvent donc s’étonner que les dirigeants politiques qui revendiquent parler en leur nom ont soutenu d’une manière ou d’une autre le gouvernement et la mise en place de ces pouvoirs spéciaux.

Du côté d’Ecolo, Jean-Marc Nollet, a indiqué avoir fait savoir que les 21 députés verts du parlement fédéral « apporteront leur soutien à toutes les mesures que le gouvernement sera amené à prendre ».

Pour le PS, Paul Magnette a déclaré : « Le PS soutiendra depuis le parlement toutes les mesures que prendra le gouvernement pour apporter les réponses nécessaires à la crise », non seulement sur le plan sanitaire, mais aussi sur celui de ses conséquences économiques. « Le temps est à l’union nationale pour prendre les mesures pour que le pays soit à la hauteur des enjeux. »

Quant au PTB, qui s’est abstenu sur les mesures bancaires, on peut lire sur leur site : « Nous resterons une force de propositions constructives » (…) Le PTB regrette que l’ensemble du débat politique sur ces questions essentielles soit confisqué par les présidents des 10 partis traditionnels (…). Nous voulons collaborer à la lutte contre le virus et nous demandons à être reçu par la Première ministre afin de lui faire part de nos propositions »  

Pour faire face à l’épidémie qui tue chaque jour, ce gouvernement au service des possédants ne veut pas prendre les mesures d’urgence essentielles pour produire des masques, des dépisteurs, des respirateurs et tout ce qui est nécessaire à la survie de la population travailleuse (au travail ou pas). Pour ce faire, nous réclamons :

Réquisition d’entreprises et de l’appareil productif industriel et réquisition des 50 milliards offerts aux banques afin de refinancer les hôpitaux, produire des masques et des respirateurs en suffisance, organiser les tests de dépistage gratuits sur toute la population, interdire les licenciements et les suppressions de postes, maintenir à 100% les salaires et les allocations, suspendre les loyers et les charges et organiser la protection des plus vulnérables (sans-abris, sans papiers, femmes battues, etc.), remédier au retard scolaire engendré par le confinement, etc.

Nous invitons l’ensemble de la population et l’ensemble des partis qui se réclament du progrès social à signer cet appel en nous envoyant par mail leur nom, prénom et organisation à    comiteunite.eenheidscomite@gmail.com ou via le formulaire suivant :

Tegen de speciale bevoegdheden en het bellied van de « Nationale Eenheid »! 
Voor de vordering!

Op 26 maart kreeg premier Sophie Wilmès het vertrouwen van het parlement om een regering te vormen (met 10 van de 13 ministers uit liberale hoek) met speciale bevoegdheden om bij koninklijk besluit – zonder parlementair debat – wetten uit te vaardigen, naar verluidt met het oog op de beheersing van de coronacrisis.

Deze strijd is echter niet beperkt tot de gezondheidszorg, maar betreft ook de economie.
Ondanks een financiële crisis die al enkele maanden de hele wereld bedreigt, is één van de eerste maatregelen die de Wilmès II-regering heeft getroffen: het verlenen vanaf 1 april van een bankgarantie van 50 miljard euro voor leningen aan ondernemingen en zelfstandigen, wat overeenkomt met 10% van het Belgische BBP.
Deze garantie is niets minder dan een groot geschenk aan de grote bankinstellingen!

Ondanks haar bijzondere bevoegdheden is deze regering niet in staat om doeltreffende noodmaatregelen te nemen op het gebied van de gezondheidszorg. Ze aarzelt echter niet om wetten op te stellen die afwijken van een reeks collectieve overeenkomsten met betrekking tot het arbeidsrecht. In een periode waarin honderdduizenden mensen nog steeds werken en 85% van de gecontroleerde bedrijven zich niet houden aan de sociale afstandsregels, wil de overheid zo snel mogelijk uit de lock down om het economisch systeem in stand te houden.
Laten we luid en duidelijk roepen: red de mensen, niet de banken!

Het is duidelijk dat deze speciale bevoegdheden een bedreiging vormen voor de democratie en voor de werknemers. Het is verbazend dat de politieke leiders die beweren namens de werknemers te spreken, eigenlijk de regering en de instelling van deze speciale bevoegdheden ondersteunen.

Vanwege Ecolo zei Jean-Marc Nollet “dat de 21 groene federale parlementsleden alle maatregelen zullen steunen die de regering moet nemen…”

Voor de PS zei Paul Magnette: « De PS zal vanuit het parlement alle maatregelen steunen die de regering zal nemen… om de nodige antwoorden te geven op de crisis”; niet alleen op het gebied van de gezondheid, maar ook op het vlak van de economische gevolgen. “Het is tijd voor de Nationale eenheid om stappen te ondernemen, om ervoor te zorgen dat het land de uitdagingen met de nodige kracht kan aanpakken.”

De PVDA die zich bij de stemming over de bancaire maatregelen heeft onthouden, schrijft op zijn website: « We zullen onze krachten bundelen voor goede constructieve voorstellen » (…) De PVDA betreurt dat het hele politieke debat over deze essentiële kwesties uitsluitend gevoerd wordt met de voorzitters van de 10 traditionele partijen… We willen meewerken in de strijd tegen het virus en we vragen om door de minister-president ontvangen te worden om haar onze voorstellen bekend te maken. »

Deze regering staat te veel ten dienste van de vermogenden en doet te weinig om het hoofd te bieden aan de epidemie die elke dag haar dodentol eist. Ze moet essentiële noodmaatregelen nemen zijnde de productie van mondmaskers, scanners, beademingsapparatuur en andere essentiële maatregelen die noodzakelijk zijn voor het overleven van de werkende bevolking (al dan niet aan het werk). Wij eisen om dit te verwezenlijken: de inbeslagname van de 50 miljard die aan de banken is geschonken om ziekenhuizen te herfinanciëren, om voldoende mondmaskers en beademingsapparatuur te produceren. De opvordering van de bedrijven die instaan voor testmateriaal voor gratis screening van de hele bevolking samen met het verbod op ontslagen. Verbod op het schrappen van arbeidsplaatsen. Het volledig behoud van lonen en uitkeringen samen met het opschorten van betaling van huur en vaste kosten. Een georganiseerde bescherming van de meest kwetsbaren (daklozen, mensen ‘zonder papieren’, slachtoffers van geweld, enz.) en hulp bij onderwijsachterstand als gevolg van het sluiten van de scholen, enz.

We nodigen de hele bevolking en partijen die beweren dat ze zich voor sociale vooruitgang inzetten, uit om dit te ondertekenen op door je voornaam, familienaam en organisatie te mailen naar comiteunite.eenheidscomite@gmail.com
of hier :

Appel adressé au PS (au gouvernement de la FWB), au PTB et à ECOLO (opposition) : pour sauver l’enseignement, cessez de soutenir le «pacte d’excellence» !

Le « Pacte d’excellence » est d’abord une réforme budgétaire de l’enseignement. Le Pacte édicte une règle : le coût d’une mesure doit être compensé par les économies qui en résulteront. Mais en réalité, il s’agit de la contribution de l’enseignement aux objectifs budgétaires de réduction des dépenses publiques. L’enseignement spécialisé est remis en cause car trop coûteux.

Le mot « excellence » ne concerne pas la qualité de l’enseignement mais la qualité de la gestion. Il s’agit une vision managériale de l’enseignement. Les contrats d’objectifs imposés aux chefs d’établissement introduisent des méthodes de gestion qui génèrent une augmentation du stress, mettent les enseignants en concurrence. Ce sont ces méthodes qui ont été appliquées aux services publics privatisés.

Le « Pacte » supprime le technique que nous connaissons (de transition et de qualification), ce qui revient à bloquer l’accès immédiat à l’enseignement supérieur aux élèves issus de la filière qualifiant. Les rôles sont établis : les patrons énoncent leurs exigences, l’enseignement conçoit les programmes de formation destinés à y répondre. Le « Pacte » généralise la Certification Par Unité d’apprentissage (CPU), ce qui, dans les faits, multiplie les élèves sachant à peine lire et écrire, tout en proposant aux employeurs de sélectionner les candidats « à la carte ». Le « Pacte » entend limiter la possibilité de redoublement.

Le statut des enseignants est touché. Désormais, les enseignants seront sous la menace d’un licenciement. Ils se verront chargés de missions de gestion et de logistique en-dehors de leurs prestations devant la classe pour faire des économies. Le système de l’inspection est bouleversé dans le but d’introduire la gestion par objectifs (fin du contrôle systématique du niveau des études et de la compétence des enseignants).

Le « Pacte », c’est aussi la disparition de l’enseignement public sous l’autorité du gouvernement, remplacé par une nouvelle entité au statut d’organisme d’intérêt public autonome. Cela veut dire une étape vers la privatisation de tout l’enseignement.

Le « Pacte d’excellence » ne concerne pas que les enseignants. Il concerne en fait tous les travailleurs, parce qu’en fin de compte, en introduisant les critères du capital dans l’enseignement, c’est la classe ouvrière toute entière qu’on cherche à affaiblir.

Le « Pacte d’excellence » est un ensemble de mesures mises en place progressivement. Il est illusoire de ne rejeter que certains aspects et d’en soutenir d’autres. Pour stopper la mise en place du « Pacte », il faut le rejeter en bloc.

Les signataires demandent que les partis PS, ECOLO et PTB prennent position clairement contre le Pacte d’Excellence et qu’ils en exigent le retrait pur et simple ainsi que l’annulation de toutes les mesures introduites depuis le décret « titres et fonctions ».

Nous vous invitons à signer cet appel en remplissant le formulaire ci-dessous :