L’internationale (4€)

L’internationale est la revue trimestrielle du Comité d’Organisation pour la Reconstitution de la Quatrième Internationale (CORQI)

Le dernier numéro vient de sortir :

Commandez via ce formulaire

Anciens numéros :

La question syndicale (3€)

Description –

Comment et pourquoi les militants révolutionnaires doivent-ils lutter dans les syndicats.

Sommaire:
– La Quatrième internationale et les syndicats (Daniel Gluckstein, décembre 2021)
– Les syndicats à l’époque de la décadence impérialiste (Léon Trotsky, août 1940)

Format : 15 x 21, 57 pages

La double oppression des femmes ‑ Comment y mettre fin? (3€)

Description –

Ici il est question d’en comprendre les bases matérielles, l’histoire du développement des sociétés, pour mieux combattre la double oppression des femmes, par le patron dans l’entreprise et par son mari à la maison. Les hommes n’ont pas de tout temps dominé les femmes. « En fait, plus de quatre-vingt-dix pour cent de l’histoire et de la préhistoire de l’humanité correspondent à une période où la vie sociale était marquée par le fait que les femmes y jouaient un rôle dominant. » Rien d’inéluctable donc.

Mais le basculement eut lieu quant apparut le surproduit social. L’homme, hier envoyé cueillir et chasser, soumis aux aléas de la nature, apportant son écot à la société communiste primitive dominée par les femmes,  pouvait désormais accumuler pour lui-même quitte à en asservir d’autres, hommes ou femmes. Savez-vous que le mot famille vient du latin « famulus » qui veut dire « esclave » ? Non, ni la famille, ni la propriété privée, ni l’État n’ont existé de tout temps, mais que leur apparition dans l’histoire de l’humanité relie entre elles ces trois catégories.

Les marxistes, depuis Marx et Engels, ont, sur cette base, accordé la plus grande importance au combat contre la double oppression des femmes.  La Commune de Paris n’a pas été en reste qui instaura l’instruction publique et le droit à l’instruction des filles, le droit au divorce, l’égalité de traitement entre instituteurs et institutrices etc. Quant à Lénine, au lendemain de la révolution russe d’octobre 1917, il écrivait : « Le plus simple a été de prendre le pouvoir, le plus compliqué, c’est après. Établir l’égalité politique de la femme et de l’homme dans l’État soviétique, c’est un des problèmes les plus simples. Établir l’égalité économique du travailleur et de la travailleuse dans la fabrique, dans l’usine, au syndicat, c’est déjà beaucoup plus difficile. Mais établir l’égalité effective de l’homme et de la femme dans la famille, voilà qui est incomparablement plus compliqué et qui exige des efforts immenses pour révolutionner tout notre mode de vie. »

Aucune question n’est laissée de côté :  le rapport entre la religion et l’oppression des femmes, par exemple, en ne cédant rien à la propagande officielle. « L’islam est une religion qui traite les femmes comme des individus de seconde zone, sûrement, mais la religion catholique ou la religion juive n’ont rien à lui envier. Toutes les religions monothéistes réduisent la femme à un rôle de soumission aux hommes. Est-ce un hasard ? » interroge l’orateur qui note que le monothéisme apparaît quand se développe l’excédent social et les échanges de marchandises, justement au moment où l’on passe de la société matriarcale à la société patriarcale. Ceci n’aurait rien à voir avec cela ?

Un petit livre d’une quarantaine de pages, riche d’informations et de références et de l’expérience accumulée du mouvement ouvrier, à lire en une petite heure.

Format : 15 x 21, 40 pages

Défendre l’humanité et son environnement – un point de vue marxiste (3€)

Description – Les rapports entre l’homme et la nature.  Et d’abord, qu’est-ce que l’écologie? Une branche scientifique ? Celle qui a pour vocation d’« étudier les milieux où vivent les êtres vivants » – et donc l’interaction des êtres vivants entre eux dans ces milieux, comme le veut sa définition originelle ou bien une doctrine politique ? Quel est le point de vue de Marx, Engels et des marxistes contemporains sur la question de la défense de l’humanité et de son environnement ? En une quarantaine de pages, cet ouvrage permet au lecteur d’embrasser les grands enjeux du débat en se replongeant dans les classiques du marxisme.

Il n’y a pas besoin de se proclamer « écolo » pour se préoccuper des graves menaces qui pèsent sur le genre humain et son environnement. Les marxistes n’ont pas attendu que l’écologie soit « baptisée » doctrine et courant politique pour se préoccuper de cette question. Ils l’ont fait bien avant. Cet ouvrage, d’une quarantaine de pages commence par une citation de Karl Marx :

« Avec la prépondérance toujours croissante de la population urbaine qu’elle entasse dans de grands centres, la production capitaliste amasse d’un côté la force motrice de la société et perturbe d’un autre côté le métabolisme entre l’homme et la terre, c’est-à-dire le retour au sol des composantes de celui-ci usées par l’homme sous forme de nourriture et de vêtements, donc l’éternelle condition naturelle d’une fertilité durable du sol. Elle détruit par là même à la fois la santé physique des ouvriers des villes et la vie intellectuelle des ouvriers agricoles. (…) Et tout progrès de l’agriculture capitaliste est non seulement un progrès dans l’art de piller le travailleur, mais aussi dans l’art de piller le sol ; tout progrès dans l’accroissement de sa fertilité pour un laps de temps donné est en même temps un progrès de la ruine des sources durables de cette fertilité. (…) Si bien que la production capitaliste ne développe la technique et la combinaison du procès de production social qu’en épuisant dans le même temps les deux sources d’où jaillit toute richesse : la terre et le travailleur. » (Marx, Le Capital, Livre premier, chapitre XIII, La Machinerie et la grande industrie).

Passionnant exposé d’une quarantaine de pages, d’une conférence marxiste donnée le 12 décembre 2020 par la Tendance communiste internationaliste (TCI), section française du CORQI, courant du POID.

Format : 15 x 21, 93 pages

Rosa Luxemburg, passions, amours, origines (10€)

Description –

Dans son deuxième livre sur Rosa Luxemburg, Anne Vanesse présente un portrait intime qui montre à quel point la combattante communiste était entière, sincère et passionnée, vraie dans sa vie personnelle, vraie dans son combat politique.

Anne Vanesse s’est formée dans les Universités françaises de Bordeaux et Paris en psychologie interculturelle. Echevine Socialiste honoraire, elle a conduit de nombreux projets sociaux en Belgique et en Palestine. Auteure de Figures Hongroises, mettant à l’honneur les psychologues hongrois dans une Hongrie après Trianon. Elle est aussi l’auteure de Rosa Luxemburg et les socialistes belges.

222 pages
Avec des postfaces de Geert Cool et Jean-Michel Dufays.

Manifeste du parti communiste – Karl Marx, Friedrich Engels (3€)

Description –

Ce document universellement connu fut à la base de la constitution du mouvement ouvrier international.

76 pages
(format 11×17,5)

L’État et la révolution – Lénine (4€)

Description –

Un ouvrage fondamental du principal dirigeant du Parti bolchevik.

(format 11×17,5)

Programme de transition, l’agonie du capitalisme et les tâches de la IVᵉ Internationale – Léon Trotsky (4€)

Description –

Ce texte historique « L’agonie du capitalisme et les tâches de la IVᵉ Internationale » fut adopté par la conférence de fondation de la IVᵉ Internationale en 1938. Ses partisans considèrent que ce texte fondateur est d’une grande actualité.

Avril 1958 – Le Xᵉ Congrès de la section française de la IVᵉ Internationale (5€)

Description –

1958, c’est l’année du coup d’État de De Gaulle, dont les conséquences marquent encore aujourd’hui profondément les conditions dans lesquelles se mène la lutte des classes en France.
Le Xᵉ congrès du PCI (Parti communiste internationaliste, section française de la IVᵉ Internationale) s’est tenu du 20 au 22 avril 1958, un mois à peine avant le coup d’État qui allait porter au pouvoir le général et instaurer une Vᵉ République bonapartiste – « régime du coup d’État permanent » –, toujours en vigueur et dont Macron use aujourd’hui pour accomplir la tâche que lui assigne le capital.

Avec ce premier cahier, les Éditions du Travail entreprennent de rassembler dans une même collection les principaux documents des congrès de la section française de la IVᵉ Internationale, aujourd’hui membre du Comité d’organisation pour la reconstitution de la IVᵉ Internationale (CORQI).

Sous la dénomination « Les Cahiers d’archives des congrès de la section française de la IVᵉ Internationale », cette nouvelle collection vise à mettre à la disposition de tout travailleur ou militant qui le souhaite, les documents qui ont jalonné le combat de la IVᵉ Internationale en France.

Longue et passionnante histoire que nous suivrons de congrès en congrès, où s’est élaborée, par la libre confrontation des points de vue, une réponse marxiste aux questions posées dans et par la lutte des classes, dans et par l’incessant combat en vue d’aider la classe ouvrière et la jeunesse à se doter de l’instrument de leur émancipation : le Parti mondial de la révolution socialiste.

Les basiques (4€)

Description –

Une synthèse en 10 chapitres, des notions élémentaires qui sont à la base théorique et politique de l’action de la IVᵉ Internationale.

Fiche 1 : L’histoire de toutes sociétés est l’histoire de luttes de classes
Fiche 2 : L’exploitation capitaliste (base économique)
Fiche 3 : A propos de l’état
Fiche 4 : Histoire du mouvement ouvrier : l’héritage de la 1ère internationale
Fiche 5 : La social-démocratie et l’impérialisme
Fiche 6 : Bolchevisme et stalinisme
Fiche 7 : La 4è internationale et le programme de transition
Fiche 8 : La 4è internationale, de sa fondation (1938) à la crise pabliste (1951-1953)
Fiche 9 : Le combat de la 4è internationale aujourd’hui
Fiche 10 : Ce que signifie l’engagement dans les rangs de l’OSI et du CORQI


Auteur : Félix Shaunabel
Format : 15 x 21, 93 pages