Appel de la rencontre internationale d’urgence contre la guerre _ Noodoproep van de internationale bijeenkomst tegen de oorlog

« Travailleurs du monde, organisations ouvrières, peuples opprimés, unissons-nous contre la guerre et l’exploitation”

Nous, travailleurs, jeunes, militants du mouvement ouvrier et démocratique venus de 47 pays et de tous les continents, nous reprenons à notre compte la phrase que prononça Jean Jaurès, figure historique du socialisme international à la veille du déclenchement de la guerre de 1914 : « Le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée porte l’orage. »

Cette formule est de la plus brûlante actualité. Des guerres ravagent tous les continents. Des dizaines de millions de personnes sont chassées de leur pays. Des pays entiers sont en ruine. La famine s’étend dans le monde entier. Nous déclarons sans la moindre hésitation : ces guerres en cours, la destruction et la barbarie qu’elles déchaînent contre les travailleurs et les peuples sont le fruit du système capitaliste fondé sur la propriété privée des moyens de production et de sa décomposition. Un système qui, pour engranger toujours plus de profits, ne recule devant aucune agression.

La guerre déclenchée sur ordre du président Poutine le 24 février 2022 en Ukraine n’échappe pas à la règle. Rien ne peut justifier cette intervention. C’est pourquoi nous nous prononçons pour l’arrêt de cette intervention, pour un cessez-le-feu immédiat et pour le retrait des troupes russes d’Ukraine.

Pour autant, nous ne pouvons ignorer que les grandes puissances capitalistes – en tête l’administration nordaméricaine de Biden, l’Union européenne et les pays capitalistes qui la composent, en particulier l’Allemagne, la France et aussi la Grande-Bretagne – ont tout fait hier pour provoquer ce conflit. Ils font tout aujourd’hui pour l’attiser. Des dizaines de milliers d’hommes de troupe sont massés par l’OTAN à la frontière russe, les effectifs en sont renforcés semaine après semaine. L’OTAN et les pays qui la composent offrent un surarmement permanent à l’Ukraine et un véritable bouclier aérien à sa frontière. De fait, l’OTAN, les États-Unis et l’Union européenne sont des cobelligérants. C’est pourquoi, au mot d’ordre de « retrait des troupes russes », nous combinons l’exigence du « retrait des troupes américaines et de l’OTAN hors d’Europe », du « retrait de toutes les troupes étrangères d’occupation dans tous les pays du monde », de « l’arrêt de toutes les interventions impérialistes et néocolonialistes », de « la levée des sanctions » et du « démantèlement de l’OTAN ».

Les guerres en cours traduisent les appétits toujours grandissants des grandes puissances capitalistes qui ne cachent pas – et Biden en tête – leur volonté de piller les richesses du monde entier qui leur échappent encore, de contrôler encore plus étroitement l’économie mondiale. Elles sont le prétexte au gonflement vertigineux des budgets militaires au détriment des besoins des peuples. Les guerres à l’extérieur se combinent avec la guerre « à l’intérieur » que les gouvernements capitalistes mènent contre les travailleurs dans leur propre pays.

Cette guerre est l’ultime chaînon des guerres qui, depuis plusieurs décennies, ravagent tous les continents, toujours fomentées par les puissances capitalistes et impérialistes, toujours payées par le sang et la misère des peuples. La carte des guerres recoupe le plus souvent la carte des richesses des sous-sols des pays concernés. C’est pourquoi nous nous prononçons pour le retrait de toutes les troupes d’occupation des pays où elles sont présentes.

Les travailleurs n’ont aucun intérêt commun avec les multinationales et les classes capitalistes des différents pays. Ils n’ont aucun intérêt commun avec leurs propres gouvernements.

Nous en appelons à tous les travailleurs et à la jeunesse, aux militants de toutes origines du mouvement ouvrier et aux organisations ouvrières : rejetez toute forme d’union sacrée avec les gouvernements fauteurs de guerre, avec les multinationales et les capitalistes qui provoquent les guerres. La seule union conforme à la cause de la paix et de la justice sociale, c’est l’union des travailleurs et des peuples du monde entier.

À bas la guerre, à bas l’exploitation !

Travailleurs du monde, organisations ouvrières, peuples opprimés, unissons-nous contre la guerre et l’exploitation pour imposer la paix conforme aux intérêts de l’humanité.

Cet appel a été lancé à l’initiative du Comité ouvrier international (COI) qui organise à Paris, les 29 et 30 octobre 2022, une conférence mondiale contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière, et une conférence internationale de femmes travailleuses.

Dimanche 3 avril 2022

Je m’associe publiquement à l’appel de la rencontre d’urgence contre la guerre.

“Werknemers van de wereld, arbeidersorganisaties, onderdrukte volkeren, laten we ons verenigen tegen de oorlog en uitbuiting.”

Wij, arbeiders, jongeren, activisten van de werknemersbeweging en democratie uit 47 landen en alle continenten, nemen voor onszelf de zin dat Jean Jaurès, een historische figuur van het internationale socialisme, aan de vooravond van de uitbraak van de oorlog in 1914 heeft uitgesproken: “Het kapitalisme draagt in zichzelf oorlog zoals de wolk de storm draagt.”

Deze formule is zeer actueel. Elk continent wordt geteisterd door oorlogen. Tientallen miljoenen mensen worden uit hun land verdreven. Hele landen zitten in puin. De hongersnood verspreidt zich over de hele wereld. We verklaren zonder enige aarzeling: Deze voortdurende oorlogen, de verwoesting en het barbaarse gedrag dat zij tegen de arbeiders en volkeren ontketenen zijn de vrucht van het kapitalistische systeem dat gebaseerd is op het particuliere eigendom van de productiemiddelen en de ontbinding ervan. Een systeem dat, om steeds meer winst te kunnen maken, niet aan agressie inkrimpt.

De oorlog die president Poetin op 24 februari 2022 in Oekraïne heeft bevolen, vormt hierop geen uitzondering. Daar is geen enkele rechtvaardiging voor. Daarom zijn we voor het stopzetten van deze interventie, voor een onmiddellijk staakt-het-vuren en voor de terugtrekking van Russische troepen uit Oekraïne.

We kunnen echter niet negeren dat de grote kapitalistische machten – geleid door de NoordAmerikaanse regering van Biden, de Europese Unie en de kapitalistische landen die er deel van maken, met name Duitsland, Frankrijk en ook Groot-Brittanië – gisteren alles hebben gedaan om dit conflict te veroorzaken. Ze doen vandaag de dag alles om het op te wekken. Tienduizenden troepen worden door de NAVO aan de Russische grens afgeslacht, en hun aantal wordt week na week versterkt. De NAVO en haar lidstaten voorzien Oekraïne van permanente overbewapening en een echt luchtschild aan zijn grens. In feite zijn de NAVO, de Verenigde Staten en de Europese Unie medestrijders.

Dat is de reden dat, gekoppeld aan de “terugtrekking van Russische troepen” combineren we de eis van “terugtrekking van Amerikaanse en NAVO-troepen uit Europa”, “terugtrekking van alle buitenlandse bezettingstroepen in alle landen van de wereld”, van “het staken van alle imperialistische en neokoloniale interventies”, “het opheffen van de sancties”, en “de ontmanteling van de NAVO”.

De voortdurende oorlogen weerspiegelen de steeds groeiende verlangens van de grote kapitalistische machten, die hun verlangen niet verbergen – en Biden als eerste – om de rijkdommen van de hele wereld te plunderen die ze nog steeds ontwijkt, om de wereldeconomie nog nauwer te controleren. Zij zijn het excuus voor de onwaarschijnlijke verhoging van de militaire begrotingen, ten koste van de behoeften van de volkeren. Oorlogen buiten combineren zich met oorlog “binnen” dat kapitalistische regeringen voeren tegen arbeiders in hun eigen land.

Deze oorlog is de laatste schakel in de oorlogen die al tientallen jaren elk continent hebben geteisterd, nog steeds               overkoepeld     door      de          kapitalistische en imperialistische machten en altijd betaald door het bloed en de ellende van de volkeren. De kaart van oorlogen overlapt meestal de kaart van de ondergrondse rijkdommen van de betrokken landen. Daarom zijn wij voor het terugtrekken van alle bezettingstroepen uit de landen waar zij aanwezig zijn.

De arbeiders hebben geen gemeenschappelijk belang met de multinationale ondernemingen of de kapitalistische klassen van de verscheidene landen. Zij hebben geen gemeenschappelijk belang met hun overheden.

We doen een beroep op alle werknemers en jongeren, op activisten van alle herkomst van de arbeidersbeweging en op werknemersorganisaties: Wijs elke vorm van heilige verbondenheid met oorlogvoerende regeringen af, met de multinationals en kapitalisten die oorlogen uitlokken. De enige unie in overeenstemming met als doel vrede en sociale rechtvaardigheid is de unie van werknemers en volkeren over de hele wereld

Gedaan met de oorlog, gedaan met de uitbuiting!

Werknemers van de wereld, arbeidersorganisaties, volkeren laten we ons verenigen tegen oorlog en uitbuiting om vrede op te leggen in het belang van de mensheid.

Deze oproep werd gelanceerd op initiatief van het International Workers Committee (IWC), dat op 29 en 30 oktober 2022 in Parijs een wereldconferentie tegen oorlog en uitbuiting organiseert voor de International Workers, en een internationale conferentie van werkende vrouwen.

3 april 2022

Ik sluit mij openlijk aan bij de oproep van de spoedvergadering tegen de oorlog.

Afghanistan : Gauche radicale d’Afghanistan (LRA) Afrique du Sud/Azanie : Ashraf Jooma ; Mandlenkosi ka Phangwa ; Scelo Mthembu ; Azikiwe Zweni (section azanienne du CORQI) ; Thabo Mocuminyane ; Bongani Mazibuko ; Getrude Lebunda au nom du National Unemployed People’s Forum (SA) ; Mphutlane wa Bofelo, militant du Black Consciousness Movement United (BCMU). Algérie : Nadia Yefsah, ex-députée du Parti des travailleurs (PT) ; Samir Laribi, membre du secrétariat du Parti socialiste des travailleurs (PST) en son nom propre ; Abdelkader Bentaleb, pour le Comité d’organisation des socialistes internationalistes (COSI) ; Khalid Daim, ex-militant de l’OST et cofondateur du PT, membre de sa commission de contrôle ; Fodil H., pour le Cercle des jeunes pour le socialisme (CJS), syndicaliste dans la fédération des transports UGTA ; Houria A., militante ouvrière internationaliste, première déléguée à la conférence internationale des femmes travailleuses ; Ali Y., militant ouvrier ; Amar Lounas, militant ouvrier ; Amélia H., militante ouvrière ; Aziz R. militant ouvrier dans l’Éducation nationale ; Azzedine A., militant ouvrier internationaliste ; Chafik Amara, militant ouvrier ; Farid H., militant ouvrier, technicien ; Farid Touil, militant ouvrier, syndicaliste dans l’enseignement technique ; Fawzi H., militant ouvrier ; Hacène F., militant ouvrier, chômeur ; Hadj F., militant ouvrier et des droits de l’homme ; Hafid H., syndicaliste ; Hamza A., militant ouvrier ; Hassina B., étudiante ; Kamel A., syndicaliste ; Larbi B., étudiant ; Mohand H., militant anti-impérialiste ; Nadia Sabry, militante ouvrière, journaliste ; Omar A., militant ouvrier enseignant ; Rachid Belfadel, militant ouvrier ; Ryad R., syndicaliste enseignant ; Samia D., étudiante ; Sofiane E., militant ouvrier ; Tarek H., militant ouvrier internationaliste, enseignant ; Wahiba S., étudiante ; Samir Aberkane, militant ouvrier, cofondateur de RAJ (Rassemblement Action Jeunesse). Allemagne : Peter Saalmüller, militant SPD (Idstein), syndicaliste Ver.di ; J.S., Ver.di (Leipzig) ; Norbert Müller, syndicaliste Ver.di (Francfort) ; Claudius Naumann, président du conseil des délégués du personnel de l’Université libre de Berlin, porte-parole de la section d’entreprise Ver.di, membre du Comité pour un parti ouvrier et du Groupe socialiste internationaliste (ISG), section allemande de la IVe Internationale (CORQI) ; Anna Schuster, Ver.di, déléguée du personnel, Comité pour un parti ouvrier ; Gudrun Hintermeier, syndicaliste IG Metall, Union locale de Sömmerda ; Peter Hintermeier, syndicaliste IG Metall, président de l’Union locale du DGB de Sömmerda ; Klaus Schüller, membre du bureau national de l’AfA (commission ouvrière du SPD), syndicaliste EVG, membre du Comité de suivi du COI ; H.-W. Schuster, syndicaliste Ver.di, délégué du personnel, Groupe socialiste internationaliste (ISG) ; Andreas Gangl, syndicaliste Ver.di, membre du comité de grève d’Amazon. Argentine : Ricardo Sonny Martínez, journaliste, écrivain, ex-directeur de Radio Nacional Argentina à Bariloche, correspondant de l’agence de presse Télam. Bangladesh : Ahad Mohammed Fayez Hossain, secrétaire général de la Fédération des travailleurs du Bangladesh ; Sumi Khan, militant des droits de l’homme ; Amlan Dewanjee, Parti démocratique des travailleurs ; Baddrudduja Chowdhury, Parti démocratique des travailleurs. Belarus : Youri Glouchakov, militant ouvrier. Belgique : Gaëtan Coucke, enseignant, syndicaliste ; Olivier Horman, syndicaliste de la fonction publique fédérale ; Roberto Giarrocco, comité Unité – Eenheidscomité ; Serge Monsieur, président CGSP ALR Vivaqua. Bénin : Assogba Mahoussi Innocent, syndicaliste enseignant ; Kounouho Gbéyitin Marcel, secrétaire général adjoint du Syndicat national des travailleurs des services de la santé humaine du Bénin (SYNTRASESH). Brésil : Tomaz Wonghon, ancient président de la Confédération nationale des travailleurs de l’éducation (CNTE) ; Pedro Jacobs, directeur du 39e Noyau syndical du CPERS (à titre personnel) ; Anísio Garcez Homem, militant du Parti des travailleurs (PT). Burkina Faso : Adama Coulibaly, au nom de l’Alternative patriotique panafricaine/Burkindi. Burundi : Richard Hatungimana, président du Parti des travailleurs et de la démocratie (PTD-TWUNGURUNANI). Canada : B. Ross Ashley, correspondant du COI ; Paul Nkuzimana. Chili : Maritza Bastias Parra, secrétariat politique du Mouvement indépendant pour les droits du peuple (MIDP) ; Sixto Iturra, membre du secrétariat politique du MIDP. Chine : Zi Yu ; Apo Leong ; un militant de Beijing ; Haige. Corée : Jung Sikhwa, militant syndical ; Sang Soo Ha, militant syndical. Équateur : Pierina Torres, Movimiento Alfaro Vive Carajo ; Guillermo Santana, membre du Movimiento Alfaro Vive Carajo. État espagnol : Reme Martin, militante du Mouvement des retraités (MPEH) et syndicaliste LAB. États-Unis : Donna Dewitt, ancienne présidente de l’AFLCIO de Caroline du Sud ; Desirée Rojas, présidente de la section de Sacramento du Labor Council for Latin American Advancement (AFL-CIO); Sean McMahon ; Rodger Scott, ancien président de la section locale AFT 2121 (San Francisco) ; Nnamdi Lumumba, organisateur du Ujima People’s Progress Party (Maryland) ; Petros Bein Maryland ; Lita Blanc, ancienne présidente de United Educators of San Francisco* ; Marlena Santoyo, syndicaliste, Philadelphia Federation of Teachers ; Alan Benjamin, membre du comité de rédaction de The Organizer ; Connie White, comité de suivi de Labor & Community for Independent Party (LCIP)* ; Michael Carano, retraité, section locale 348 syndicat des Teamsters (Ohio)* ; Mya Shone, comité national de Socialist Organizer ; Ralph Schoenman, membre du comité de rédaction de The Organizer, secrétaire général du Tribunal international contre les crimes de guerre des États-Unis en Indochine ; David Walters, retraité, syndiqué IBEW Local 1245 ; Dan Kaplan, retraité secrétaire exécutif AFT Local 1493. ( à titre personnel). France : Jean-Pierre Barrois, militant contre la guerre ; Jacqueline Berrut, syndicaliste Action sociale ; Maria-Bégonia Chambonnet, syndicaliste hospitalière ; Jérémie Daire, Fédération des jeunes révolutionnaires (FJR) ; Olivier Doriane, POID ; Dominique Ferré, POID ; Daniel Gluckstein, secrétaire national du POID, coordinateur du Comité ouvrier international contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière ; Georgick Guellaën, Cherbourg ; Alexandre Herzog, syndicaliste territoriaux ; Marie Horville, syndicaliste enseignante ; Myriam Hossain, syndicaliste, assistante maternelle ; Christel Keiser, secrétaire nationale du POID, responsable de sa commission femmes travailleuses ; Charles Menet, syndicaliste métallurgie ; Jean-François Paty, syndicaliste La Poste ; Mahel Pierot-Guimbaud (FJR) ; Melchior de Rochebrune (FJR). Ghana : Explo Nani-Kofi, « Moving Africa ». Grande-Bretagne : Steve Hedley, secrétaraire général adjoint du syndicat RMT* ; Jane Doolan, membre de la commission exécutive nationale de UNISON* ; Mike Calvert, secrétaire adjoint de la section d’Islington de UNISON* ; Stefan Cholewka, secrétaire du conseil des syndicats de la métropole de Rochdale* ; Jo Rust, secrétaire de l’union locale de King’s Lynn & District, conseillère municipale à King’s Lynn* ; Charles Charalambous, ancien président de l’Union locale de Torbay & South Devon, éditeur de Labour Internationalist ; Paul Filby, Liverpool, Blacklist Support Group* ; Nick Phillips, syndiqué Unite* ; Henry Mott, syndiqué Unite* ; Margaret K. Taylor, trésorière de l’union locale de la métropole de Rochdale* ; Doreen McNally, Liverpool Unite Community Branch et ancienne porte-parole de Women of the Waterfront* ; Nigel Singh, syndicaliste ; Antony Rimmer, l’un des 47 conseillers municipaux suspendus de Liverpool, Association des retraités de Merseyside, syndicaliste (CWU and Unite)* ; Noeleen Grattan Hornsey et Wood Green CLP ; Ann Green, Pensioners’ Association. (* à titre personnel). Grèce : Dimitris Veliziotis, avocat ; Lenia Chrisikopoulou, artiste ; Maryse Le Lohe, retraitée, Αthènes ; Pantelis Kokkinopoulos, médecin, ancien conseiller municipal ; Eleni Pierropoulou, chômeuse ; Isaia Karachaliou ; Andreas Guhl, membre du CORQI ; Sotiria Lioni, chômeuse. Guatemala : Lidia Ángela Santos, enseignante. Hongrie : Judit Somi, militante ouvrière. Inde :Nambiath Vasudevan, coordinateur du Comité ouvrier international contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière ; Fahad Ahmad, Senior Research Fellow School of Social Work, Tata Institute of Social Sciences (Mumbai) ; Sabina Martins (Goa) ; Subhas Naik Jorge, Spark ; Cheruvathoor Denzil , Spark ; Franklyn Dsouza, Spark ; Gausuddin Shaikh, Spark. Indonésie : Dian Septi Trisnanti, Indonesia Unity Labour Federation (FSBPI). Italie : Luigi Brandellero, ouvrier, rédaction de Tribuna Libera ; Marina Boscaino, militante pour les droits démocratiques et sociaux, Rome ; Valeria Busicchia, enseignante, militante ; Rita Campione, Comité « NO AD » Lombardie (à titre personnel) ; Alessandra Cigna, enseignante, déléguée et responsable syndicale ; Giovanni Cocchi, Bologne ; Ugo Croce, comité de rédaction de Tribuna Libera ; Loretta Deluca, enseignante, militante de Rifondazione Comunista (Turin) ; Dario Granaglia, ouvrier, délégué et syndicaliste FIOMCGIL ; Daniele Grego, enseignante, syndicaliste, Turin ; Monica Grilli, enseignante, déléguée et responsable syndicale ; Gianni Guglieri, ouvrier, délégué et responsable syndical, Turin ; Andrea Monasterolo, ouvrier, militant syndical ; Agata Pantella, enseignante, Turin ; Alberto Pian, enseignant, délégué et responsable syndical ; Daniela Pez (à titre personnel), membre du secrétariat régional du Frioul de Sinistra Italiana ; Claudia Poggio, enseignante, Acqui Terme (Alessandria) ; Fabrizio Prestipino, enseignant, rédaction de Tribuna Libera ; Betty Raineri, enseignante, déléguée et responsable syndicale, Turin ; Teresa Silvestri, enseignante, Turin ; Elena Troglia, enseignante, Turin ; Emanuele Ungheri, Catane ; Lorenzo Varaldo, directeur d’école, coordinateur de Tribuna Libera ; Vanna Ventre, enseignante, comité de rédaction de Tribuna Libera. Maroc : Fadoua Idrissi, enseignante syndicaliste ; Mohamed Dahak, enseignant retraité, syndicaliste et militant des droits de l’homme ; Smaïl Jbari, militant de la Jeunesse ouvrière marocaine (JOM-UMT) ; Y. Malik, au nom de la rédaction de Tribune des travailleurs ; Habil Bourass, étudiant. Mexique : María de Lourdes Díaz Cruz, Mouvement national de transformation pétrolière-LULA ; Israel Cervantes, Maison de l’ouvrier de Bajío ; Rosemberg Pérez García, Conseil central de lutte, section 40 de la Coordination nationale des travailleurs de l’Éducation ; Marisela Ortega Domínguez, militante de MORENA ; Elvira Catalina Aguiar Álvarez, Partido del Trabajo ; Catalina Miranda, section 37 du Syndicat national des travailleurs de l’Éducation ; Jorge Manuel Arcia Nájera, retraité, section 7 SNTE-CNTE ; Russell Aguilar, retraité, section 7 SNTE-CNTE ; Jesús Casillas Arredondo, Alliance internationale des jeunes pour le socialisme ; Fernando Márquez Duarte, syndicaliste UAW 2865 ; Liliana Plumeda Aguilar, Ligue communiste internationaliste (LCI-CORCI) ; Abel Salazar Castellanos, LCI-CORCI ; Juan Carlos Vargas Reyes, Nueva Central de Trabajadores ; Jesús Rangel Ontiveros, Organisation politique du peuple et des travailleurs (Basse-Californie) ; Raúl Calleja Lacorti, section 502 du syndicat national des travailleurs de la santé ; Carlos Niebla, UNTA-BC ; Marco Rojo UNTA-BC ; Raúl Ramos Sánchez, Maison de l’ouvrier, Basse-Californie ; Emma Monserrat García, étudiante ; Cristina Itzel Ramírez Camea, ouvrière de maquiladora ; Muriel Ernesto Gómez Alvarado, Conseil central de lutte, section 40 de la Coordination nationale des travailleurs de l’Éducation ; Gilberto Montes Vázquez, Organisation politique du peuple et des travailleurs (Chiapas) ; Fernando Serrano Monroy, secrétaire généJe m’associe publiquement à l’appel de la rencontre d’urgence contre la guerre (3 avril 2022). En mon nom personnel : Au nom de mon organisation : Qualité sous laquelle doit apparaître ma signature : Nom, Prénom : Adresse : Ville : Téléphone : e-mail : Soutien financier pour permettre la venue des délégués du monde entier à la conférence mondiale des 29 et 30 octobre 2022. (chèque à l’ordre de C.O.I.) : € Coupon à retourner à : owcparis2022@gmail.com ral du Syndicat indépendant des travailleurs du Colegio de Bachilleres de Chiapas (SITAACOBACH) ; Ángel Álvarez Orozco, SITAACOBACH ; Fernando Aguilar Palacios, secrétaire à l’organisation du SITAACOBACH ; Irma Moran Ojeda, militante pour la défense de l’eau (Mexicali) ; Jesús Adolfo Calleja Lacorti ; Daniel Gómez Meza, section 40 de la Coordination nationale des travailleurs de l’Éducation. Pakistan : Akbar Khan, secrétaire général de la Fédération nationale des employés de banque ; Taimur Rehman, secrétaire général du PMKP ; Rubina Jamil, secrétaire générale de l’APTUF ; M. Ilyas ; Nasir Gulzar ; Haroon Younas ; Mian Khalid, délégué, Syndicat des cheminots ; Samina Fayyaz, commission femmes de l’APTUF Women ; Malik Humayun, secrétaire général, Syndicat des employés territoriaux ; Anwer Gujjar, président de l’APTUF ; Yasir Gulzar. Palestine : Naji El Khatib, président de l’Association Secular Palestine. Pérou : Shabbir Shah, secrétaire général du Syndicat unique des travailleurs de l’industrie agroalimentaire du Pérou ; Roberto Alvarado Rubiños, directeur de Páginas Libres ; César Augusto Huamán Escudero ; César Salinas Mejía, ancien dirigeant syndical des mineurs ; Henry Torres Gallarday, Groupe socialiste internationaliste, journal El Organizador. Philippines : Partido Manggagawa (Parti des travailleurs) ; Randy Miranda, membre de la commission exécutive nationale. Portugal : Raquel Varela, chercheuse, historienne du mouvement ouvrier ; José Casimiro, militant ouvrier, Bloc de gauche (BE) ; João Mota, secrétaire clinique à la retraite ; António Cardoso, Viana do Castelo ; Ana Sofia Cortes, militant du BE, fonctionnaire ; Victor Pinto, linguiste, militant O Trabalho ; Adriano Zilhão, militant O Trabalho et BE ; José Santana Henriques, militant O Trabalho et BE ; Frederico Rodrigues, militant jeune ; Bento Correia, militant ouvrier, BE ; Manuel Carlos Silva, professeur d’université et sociologue, Braga ; Pedro Vicente, architecte ; Pedro Carvalho, dirigeant du Syndicat des professeurs du nord, Viana do Castelo. République démocratique du Congo (RDC) : Patrick Basimise Mupe ; Lucien Faradja Mbinga ; Gustave Kizenga pour le Comité pour le Parti démocratique et indépendant des travailleurs et des paysans. Roumanie : Constantin Cretan, syndicaliste des mines. Russie : Groupe des partisans du CORQI. Serbie : Jacim Milunovic, militant ouvrier. Sri Lanka : Dasantha Jayalath, ancien secrétaire adjoint de la section d’Ansell du syndicat Free Trade Zones and General Services Employees Union ; Saman Mudunkotuwage. Suède : Nadezhda Bravo Cladera. Suisse : Ali Korkmaz, syndicaliste industrie ; Dogan Fennibay, syndicaliste industrie ; Jean-Philippe Faure, militant ouvrier ; Marzia Fiastri, syndicaliste enseignante ; Michel Zimmermann, militant ouvrier. Syrie : Faraj Bayrarakdar. Togo : Lawson Messan, secrétaire national du PADET/ L’Emancipation. Turquie : Mehmet Sadi Ozansü, dirigeant du IKEP (Parti propre du travailleur).

Catégories COI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s