Meeting international du 1er mai à l’initiative du COI : « Trois heures pour l’Internationale ouvrière ».

«Ce meeting du 1er  mai est unique en son genre», indiquait, en introduisant le meeting, Nambiath Vasudevan, l’un des deux coordinateurs, avec Daniel Gluckstein, du Comité ouvrier international contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière (COI). Il ajoutait: «Malgré d’énormes obstacles, les travailleurs et les militants de 45pays ont décidé de se rassembler dans ce meeting en ligne   dans   la   véritable   tradition   de   la   solidarité   internationale   de   la   classe   ouvrière   pour   faire entendre leur voix et s’élever contre le continuel abandon dont sont victimes les classes laborieuses, auxquelles sont refusés les soins les plus élémentaires.»

La pandémie et les mesures de confinement et de restriction de circuler ont imposé d’organiser « en ligne » le meeting international convoqué par le COI. Pendant   trois   heures,   quarante-huit   orateurs   (voir   ci-dessous)   de   45pays   se   sont   succédé, s’inscrivant, par-delà leurs origines et leurs appartenances politiques et syndicales diverses, dans le cadre commun de ce meeting: «Trois heures pour l’Internationale ouvrière. Ce sont les travailleurs, la jeunesse et l’humanité qu’il faut sauver, pas les banques et les capitalistes!».

Les connexions sur le site du COI permettent d’établir que plus de 13.000 travailleurs et jeunes de plusieurs dizaines de pays des cinq continents ont suivi cet événement, retransmis en direct, puis en différé (et toujours disponible pour être visionné à l’adresse coi-iwc.org).

Un point d’appui pour la préparation de la prochaine conférence mondiale contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière, convoquée à Paris en novembre prochain. Compte tenu des circonstances, comme l’a indiqué Daniel Gluckstein dans sa conclusion, celle-ci aura lieu, «si ce n’est pas en novembre, en décembre, et si ce n’est pas en décembre, en 2021», parce que «l’heure est venue d’avancer dans la voie de l’Internationale ouvrière afin de combattre pour la réorganisation de l’ensemble de la société et de l’économie, pour répondre aux revendications de la majorité du peuple». Au lendemain du meeting, de nouvelles signatures de soutien à la conférence mondiale parvenaient au COI élargissant encore la préparation de la conférence mondiale pour l’Internationale ouvrière.

Liste des orateurs (par ordre de prise de parole) Introduction de Nambiath VASUDEVAN – INDE (Co-coordinateur du Comité ouvrier international), Chris SILVERA – USA, Ricardo Sonny MARTINEZ – ARGENTINE, Jung SIKHWA – CORÉE, Camille SELLIER – Belgique, Eleni PIERROPOULOU – GRÈCE, Gladys LYRA – Mexique, Rubina JAMIL – PAKISTAN, Jules Souleymane DIALLO – SÉNÉGAL, Mário TOMÉ – Portugal, Youri GLOUSHAKOV –BIÉLORUSSIE, Ross ASHLEY –CANADA, Marat SANTOS HUAMÁN – PÉROU, Workers Tribune – MAROC, Andreas GANGL – Allemagne, Cemal BILGIN –TURQUIE, José Limaico VELA – ÉQUATEUR, Naji AL KHATIB – PALESTINE, MAFA KWANISAI Mafa – ZIMBABWE, Messan LAWSON –TOGO, Christel KEISER – France, Pr. Boanerges ZULMIRES ELIAS NETO – BRAZIL, Milind RANADE – INDE, Paul NKUNZIMANA –BURUNDI, Lorenzo VARALDO – Italie, Marc SIMETE –SUISSE, Monica AGUILERA – AUSTRALIE, Maritzas BASTIAS – CHILI, LEE Cheuk-yan – CHINE, Soulé SALAKO –BÉNIN, Claran CAMPBELL – Irlande, Andrey KALINKIN – RUSSIE, MESSAGES DE: Comité d’Organisation des Socialistes internationalistes (COSI) — ALGÉRIE, Constantin CRETAN – ROUMANIE – LALIT parti politique – MAURICE, des militants ouvriers de CÔTE D’IVOIRE, Berthony DUPONT –,HAÏTI, Gauche radicale d’AFGHANISTAN, Kabu – AFGHANISTAN, Lubone MBOZOMANI –AZANIE / Afrique du Sud, Lotfi – TUNISIE, Angela MATEU –,État Espagnol, Yuk Yuk – CHINE, Randy MIRANDA –PHILIPPINES, Zongo Sibri ABLASSE – BURKINA FASO, John SWEENEY – GREAT BRITAIN, Judit SOMI –,HUNGARY, Parti démocratique des Travailleurs – BANGLADESH, Conclusion de Daniel GLUCKSTEIN – FRANCE (Co-coordinateur du Comité ouvrier international)

SIGNEZ l’appel pour la conférence mondiale en vous rendant sur le site du COI.

Inde : la législation du travail suspendue dans quatre États. Après avoir chassé des millions de travailleurs migrants des villes, le gouvernement Modi s’attaque aux droits ouvriers.

Article extrait du Bulletin Unité 51.