Covid-19 et pouvoirs spéciaux : La stratégie du choc à la belge

Contribution d’un nouveau jeune militant de l’OSI.

Pour la première fois depuis octobre 2009 (crise de la grippe A/H1N1), le Parlement belge a accordé des pouvoirs spéciaux (1) au gouvernement (de Sophie Wilmès, 10 ministres libéraux sur 13 au total). Cette confiscation de la démocratie prend pour prétexte de lutter plus efficacement contre la pandémie actuelle de Covid-19 et à protéger la population belge.
Tentons de comprendre pourquoi ce gouvernement, aux pouvoirs spéciaux, est tout aussi dangereux, voir plus, que le Covid-19 pour les travailleurs belges.

Qu’est-ce que la stratégie du choc ?
La stratégie du choc est une expression de la journaliste canadienne Naomi Klein. Par ces mots, elle montre comment le capitalisme contemporain a progressé grâce aux grandes crises modernes(Exemple : la chute de l’URSS en 1989, les attentats du 11 septembre 2001 ou encore la crise financière de 2008).

Dans son livre La stratégie du choc : la montée d’un capitalisme du désastre paru en 2007, la journaliste explique que, de la même manière que lors des désastres qui conduisent à des chocs psychologiques dans la population, les capitalistes profitent du choc créé dans l’ensemble de la population afin d’imposer des réformes économiques ultra-libérales.

Naomi Klein donne notamment l’exemple des attentats des tours jumelles en 2001, qui a permis à l’administration et au président Bush de renforcer les mesures de la sécurité intérieure (surveillance de masse). Toujours selon Naomi, la tragédie du 11 septembre a été utilisée comme un choc « utile » pour justifier la guerre en Irak (2).

Quel rapport avec la situation actuelle en Belgique ?
Prenons un exemple : le réseau 5G. Depuis 2018, la cinquième génération de fréquence d’émission fait parler d’elle. Dans de nombreuses villes et communes, les habitants s’inquiètent et s’opposent à la mise en place de ce nouveau réseau aux conséquences sanitaires et écologiques inconnues (3). De nombreuses pétitions ont d’ailleurs circulé récoltant jusqu’à 200 000 voix. Même la ville de Bruxelles, ville pilote pour le déploiement forcé de la 5G par l’Union Européenne s’y est opposée (4).

Puis soudainement, au 31 mars 2020, Proximus lance la 5G dans trente communes de Belgique (5). Ce timing de mise en place du nouveau réseau 5G est ignoble. En effet, les citoyens qui voudraient s’y opposer, en manifestant leurs droits et leurs opinions dans la rue, en sont incapables à cause des mesures de confinement.

Durant cette crise, nous ne sommes plus dans une démocratie. La pandémie du Covid-19 est instrumentalisée pour permettre la mise en place de nouvelles politiques allant contre les intérêts des citoyens. C’est une porte ouverte pour les entreprises ultra-libérales et à l’abaissement des droits des travailleurs comme c’est déjà le cas en France.

La durée quotidienne maximale de travail est portée de 10 à 12 heures, le travail de nuit peut passer de 8 à 12 heures, le temps de repos entre deux journées de travail est réduit à neuf heures au lieu des onze heures minimales, la durée maximale de travail hebdomadaire est fixée à soixante heures contre quarante-huit heures jusqu’ici (6), etc. Le gouvernement français profite allègrement de la situation pour déclencher une guerre sociale.

En Belgique, les politiques jouent avec la santé des travailleurs et avec les limites de leurs propres mesures. Dans les nombreux arrêtés ministériels et royaux parus jusqu’au 3 avril 2020, on peut y lire ceci à l’article 2 :
« Le télétravail à domicile est obligatoire dans toutes les entreprises non essentielles, quelle que soit leur taille, pour tous les membres du personnel dont la fonction s’y prête.
Pour les fonctions auxquelles le télétravail à domicile ne peut s’appliquer, les entreprises doivent prendre les mesures nécessaires pour garantir le respect des règles de distanciation sociale, en particulier le maintien d’une distance d’1,5 mètre entre chaque personne. Cette règle est également d’application pour les transports organisés par l’employeur. Les entreprises non essentielles dans l’impossibilité de respecter les mesures précitées doivent fermer (7). »

Or, de nombreux ouvriers et leur famille s’inquiètent de cette situation comme en témoigne Laurence : « Au début, son entreprise donnait des bouteilles d’eau et du savon« , indique-t-elle. « Mais depuis lundi, c’est terminé. Mon mari doit se protéger par ses propres moyens« . Elle est aussi préoccupée par rapport à la distanciation sociale. « L’entreprise demande aux ouvriers de se rendre sur les chantiers par leurs propres moyens, pour éviter les camionnettes remplies. Par contre, comment voulez-vous respecter la distance d’1m50 entre deux travailleurs quand on demande de poser des bordures ? C’est impossible » (8).

La stratégie du choc, utilisée par les capitalistes ultra-libéraux, ne s’arrête pas à la santé des travailleurs et de la population! Bientôt, c’est l’environnement même qui sera mis en danger. En ce moment, le géant agrochimiqueDow/Corteva vient de saisir la cour administrative d’appel de Marseille (9) pour obtenir l’annulation de l’interdiction de deux insecticides à base de sulfoxaflor – une substance chimique aux effets dévastateurs sur les abeilles ! Pour maximiser leur profit, en plus de diminuer le coût de la force de travail, les propriétaires des grands moyens de production n’hésitent pas à détruire notre environnement.

Contre cette stratégie du choc utilisée par tous les gouvernements européens, il n’y a qu’une seule réponse : la lutte de la classe ouvrière !
Malgré cette période de pandémie, la classe ouvrière doit rester soudée et doit combattre à la fois le capitalisme et le Covid-19 ! Pour ce faire, comme premier pas dans cette direction et afin de conserver nos droits démocratiques, nos acquis sociaux et la nature, nous devons dire stop au gouvernement Wilmès 2.
Cette opposition ne fait pas de nous des ennemis des travailleurs belges mais au contraire des alliés.
Il est temps de créer un monde plus juste et plus solidaire ; c’est pourquoi j’ai rejoint l’Organisation Socialiste Internationaliste.

Suivez-nous sur Facebook : https://www.facebook.com/etudes.debats/

Suivez-nous sur Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCJh65q4mkdkw8fcnBK11Uwgou

Inscrivez-vous à la mailing list : osi.iso.be@gmail.com

Brice Rener

(1) : https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_gouvernement-wilmes-c-est-quoi-les-pouvoirs-speciaux?id=10458611&fbclid=IwAR0aUhrI_BgvQF4psej_JyBmMiTFIU-u4wuRfV0F2SZUcC3QAbwPg8NxdGo

(2) : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Strat%C3%A9gie_du_choc#cite_note-HP-1

(3) : https://www.actu-environnement.com/ae/news/5g-telephone-risques-saintaires-alerte-robin-toits-29640.php4

(4) https://www.arcep.fr/la-regulation/grands-dossiers-reseaux-mobiles/la-5g/le-plan-daction-de-la-commission-europeenne-pour-la-5g.html

(5) https://www.lalibre.be/debats/opinions/le-deploiement-de-la-5g-a-l-heure-du-covid-19-passage-par-la-strategie-du-choc-5e85c2879978e22841423b00

(6) Extraits de l’article de Louis Milano paru dans La Tribune des travailleurs-N°233 ; 1er avril 2019.

(7) Le moniteur belge http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi/article_body.pl?language=fr&caller=summary&pub_date=2020-04-03&numac=2020020705%0D%0A#

(8) https://www.rtl.be/info/vous/temoignages/coronavirus-en-belgique-impossible-de-respecter-la-distanciation-sociale-les-ouvriers-s-inquietent-1205081.aspx?fbclid=IwAR2wlgHL-prjPcUQ0KDNehYBXzFJGxsmHEogAOvTHAAFHDPA5riCthIuYJY

(9) La société Dow AgroSciences fait appel de la décision d’annuler la mise sur le marché de deux insecticides – ActuEnvironnement 19/03/2020
Corteva veut faire annuler l’interdiction du sulfoxaflor – La France Agricole 19/03/2020
Dow AgroSciences veut annuler l’interdiction d’insecticides toxiques pour les abeilles – Reporterre 20/03/2020